Gradient Ventures : ce fonds que Google dédie à l’intelligence artificielle

EntrepriseLevées de fondsStart-up
gradient-ventures

Avec Gradient Ventures, Google compte accompagner, en phase d’amorçage, les start-up actives dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Astro Teller du labo X, Daphne Koller de Calico, Jeremy Doig de YouTube… Alphabet mobilise du personnel issu de ses différentes branches pour accompagner les start-up dans l’univers de l’intelligence artificielle.

Ces experts, la maison mère de Google les met à disposition au travers de Gradient Ventures.

L’initiative consiste en un fonds d’amorçage qui fournit, en complément à l’investissement en capital contre des participations minoritaires, du conseil et des ressources, notamment en matière de traitement des données (nettoyage, extraction, intégration).

Fondatrice de Gradient Ventures, Anna Patterson contribue aujourd’hui aux travaux de Google dans le domaine de l’IA, après avoir travaillé, entre autres, sur Google Books, Android et le Play Store. Elle s’est entourée de collègues comme l’ingénieur Ankit Jain, mais aussi de profils recrutés en externe, à l’image de Kelsey Buntjer, ancienne collaboratrice de la Federal Trade Commission (autorité américaine de la concurrence).

Drones et marketplace

Google commence tout juste à véritablement communiquer sur Gradient Ventures, mais le fonds a déjà plusieurs sociétés dans son portefeuille.

Il a par exemple emmené un tour de table de 10,5 millions de dollars officialisé fin juin par Algorithmia, à l’origine d’une place de marché qui fédère 45 000 développeurs et regroupe 3 500 « microservices » d’intelligence artificielle (reconnaissance faciale, analyse du langage, création de vignettes…) accessibles par une API unique.

Sur la liste figure aussi Cogniac, qui exploite des algorithmes d’analyse d’images sous l’angle de la détection d’anomalies, pour l’inspection d’ouvrages, la modération de contenus ou encore la vidéoprotection.

Gradient Ventures a également mis ses billes dans Cape, qui a constitué un réseau de drones pilotables à distance, par Internet, avec une latence annoncé à 50 ms (500 ms pour la diffusion vidéo).

D’autres fonds dédiés à la thématique IA ont émergé ces derniers temps. Y compris en France, où, en début d’année, Serena Capital a créé un véhicule de financement doté de 80 millions d’euros.

Quelques semaines plus tôt, Pierre Omidyar et Reid Hoffman, fondateurs respectifs d’eBay et de LinkedIn, avaient mis sur pied un fonds de 27 millions de dollars destiné à accompagner les projets R&D axés sur les problématiques d’éthique dans le domaine de l’intelligence artificielle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur