Green Touch : les réseaux télécoms pris d’une “fièvre verte”

CloudGestion réseauxRéseaux

Sous la houlette d’Alcatel-Lucent, un consortium R&D veut concevoir une nouvelle architecture et de nouveaux composants visant à réduire par 1000 la consommation énergétique des réseaux télécoms.

Alcatel-Lucent lance une initiative “green IT” baptisée Green Touch autour de ses unités de recherche (Bell Labs).

Ce consortium est fondé sur un “environnement d’innovation ouverte des chercheurs et des scientifiques venant de pays et de disciplines différentes”.

L’objectif est ambitieux : réduire par 1000 la consommation énergétique des réseaux télécoms.

Grâce à ses efforts, “la quantité d’énergie aujourd’hui nécessaire pour utiliser tous les réseaux, y compris l’Internet, pendant une seule journée permettra de faire fonctionner ces mêmes réseaux pendant trois ans”, assure l’équipementier télécoms dans son communiqué de presse.

Un projet qui tiendrait particulièrement à coeur Ben Verwaayen, P-DG d’Alcatel Lucent.

Comment y parvenir ? Green Touch s’engage à fournir d’ici cinq ans une architecture réseau de référence et de proposer des démonstrations des principaux composants pour aboutir à nouveau monde de “télécommunications vertes”.

La première réunion du consortium aura lieu le mois prochain et sera consacrée à la définition d’un programme sur cinq ans.

Green Touch : qui adhère ?
L’initiative Green Touch réunit dès le démarrage :
– des fournisseurs de services : AT&T, China Mobile, Portugal Telecom, SwissCom, Telefonica,
– des laboratoires universitaires de recherche : Laboratoire de recherche en électronique du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Laboratoire de systèmes mobiles (WSL) de l’Université de Stanford, Institut pour une société à haut débit (IBES) de l’Université de Melbourne)
– des instituts publics de recherche : Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information (CEA-LETI), Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) en France, Institut de micro-électronique et composants (IMEC) de Belgique.
– des laboratoires industriels de recherche: Bell Labs, Samsung et Freescale.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur