Groupon – LivingSocial : une fusion sans étincelles

E-commerceEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
groupon-livingsocial
1 2

Une société en difficulté en acquiert une autre : Groupon met la main sur LivingSocial, tout en poursuivant sa restructuration.

Groupon et LivingSocial, un mariage de raison ?

En difficulté, les deux acteurs vont fusionner, le premier faisant l’acquisition du second.

L’opération devrait être finalisée début novembre. Groupon assure qu’elle aura un « impact moindre » sur ses finances… toujours dans le rouge au troisième trimestre.

L’entreprise américaine, positionnée à l’origine comme un spécialiste des deals à prix réduits et qui se présente aujourd’hui comme un opérateur de places de marché e-commerce locales, accuse 37,976 millions de dollars de pertes sur un chiffre d’affaires en hausse de 1 %, à 720,468 millions de dollars.

Surtout, elle continue de réduire la voilure à l’international : de 27 marchés d’implantation au dernier pointage, il est question de passer à 15.

Le Maroc, le Panama, les Philippines, la Turquie, l’Uruguay… Autant de pays qui sont déjà passés à la trappe depuis l’annonce, en septembre 2015, d’un plan de restructuration impliquant par ailleurs 1 100 suppressions de postes.

Quelques semaines plus tard, Eric Lefkofsky, cofondateur de Groupon en 2008 et CEO depuis février 2013, avait annoncé sa démission. Rich Williams, ancien directeur des opérations, a pris sa suite.

Serrage de coudes

Depuis lors, les filiales russe et indonésienne ont été vendues, tout comme Breadcrumb (terminaux point de vente).

Groupon avait aussi, au printemps 2015, cédé le contrôle de sa branche e-commerce sud-coréenne Ticket Monster. La société affiche aujourd’hui une capitalisation boursière d’environ 3 milliards d’euros, contre plus de 13 milliards après son IPO en novembre 2011.

Du côté de LivingSocial, les signaux sont défavorables depuis plusieurs années, en dépit d’une ultime levée de fonds de 110 millions de dollars bouclée début 2013, quelques mois après l’officialisation d’un plan de suppression de 400 postes, soit 9 % du personnel à l’époque.

Puis l’activité s’est éteinte en France, sans communication officielle. Dans un premier temps, la vente de deals locaux avait été suspendue. Puis le service client avait été restreint au canal e-mail.

La dernière actualité sur le Tumblr de LivingSocial France remonte à trois ans. Quant au site Web, il présente une interface en franglais et une redirection vers la version canadienne.

La situation se confirme à l’analyse des profils LinkedIn de Tatiana Jama et de Lara Rouyres. Les cofondatrices de Dealissime.com avait respectivement pris les fonctions de DG et de présidente de LivingSocial France en 2011, quand le groupe américain avait racheté leur start-up. Elles ont quitté l’aventure en 2013 pour créer Selectionnist, un spécialiste des technologies de reconnaissance visuelle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur