Guerre des brevets : Apple et Samsung chercheraient un consensus

JuridiqueMarketingMobilitéRégulationsTablettes
Justice brevets Proview Technology Apple iPad

Aux Etats-Unis, Apple et Samsung négocieraient pour clore les contentieux judiciaires qui les opposent à propos de l’exploitation de leurs brevets respectifs pour les tablettes et les smartphones.

De force plus que de gré, Tim Cook et Gee-Sung Choi, dirigeants respectifs d’Apple et de Samsung, ont convenu d’une réunion au sommet, dans un délai de 90 jours, pour tenter de concilier leurs intérêts et clore à l’amiable les contentieux qui les opposent depuis avril 2011.

Au cours des dernières semaines, les deux parties se seraient à plusieurs reprises montrées ouvertes à de telles négociations, sans jamais parvenir à un consensus.

En charge des deux procédures concourantes initiées entre Apple et Samsung en Californie, la juge fédérale Lucy Koh a joué les médiateurs pour décréter la tenue d’une réunion, dans les trois mois à venir, à San Francisco, sous la houlette du dénommé Joseph Spero.

Selon Foss Patents, une issue favorable à ces pourparlers permettrait d’écourter d’autant le conflit en cours à l’échelle du globe (10 pays).

Tout en épargnant aux intéressés de nouvelles comparutions dans les rangs de l’International Trade Commission (ITC, Commission du commerce international des États-Unis). Un procès est fixé au mois de juin.

En dépit des accords stratégiques qu’ils ont noués, les deux ténors de la téléphonie mobile, bien que partenaires en coulisse au niveau des composants, se livrent une guerre de tranchées et se rendent coup pour coup.

Tantôt plaignants affirmés, tantôt incriminés brindezingues, Apple et Samsung tâtonnent le vaste terrain des brevets technologiques pour mener à bien le seul intérêt qui leur soit commun : défendre ce qu’ils considèrent relever de leur propriété intellectuelle.

Ainsi se prolonge, inlassablement, un va-et-vient qui a déjà valu des sueurs froides à l’iPhone, mais aussi aux tablettes Galaxy Tab.

Pour autant, la piste d’un accord à l’amiable fait d’autant plus sens que les différents représentants de Samsung France interrogés à l’occasion d’une récente présentation de la table tactile Microsoft Surface confiaient à ITespresso.fr un discours univoque : “chacun à trop à y perdre“, entendait-on çà et là.

Crédit image : © James Steidl – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur