Guerre des prix en vue avec l’arrivée de Microsoft sur le marché de la sécurité

Cloud

Les tarifs des abonnements aux suites logicielles de sécurité pourraient baisser de 10% par an.

L’arrivée de Microsoft sur le marché de la sécurité, prévue l’année prochaine, devrait réduire de manière significative les prix des solutions dédiées à la destruction de programmes malveillants, selon Gartner. “Les prix vont probablement baisser de 10% par an après l’arrivée de Microsoft”, prévoit Neil MacDonald, vice-président du cabinet d’études sur les nouvelles technologies.

Le numéro un mondial des logiciels développe actuellement deux produits de sécurité respectivement destinés au grand public et aux entreprises. Le premier, baptisé OneCare, est présenté en version bêta, tandis qu’une version de test du second, Microsoft Client Protection, est prévue plus tard dans l’année. Les échéances de livraison de ces produits en vue de leur commercialisation n’ont pas été communiquées.

Pas plus de 15 dollars par utilisateur

Alors que Microsoft n’a pas encore révélé sa grille tarifaire pour ses nouveaux produits, Neil MacDonald estime que les suites logicielles coûteront 15 dollars au maximum par utilisateur et par ordinateur. Les tarifs des solutions de lutte contre les agents malveillants commercialisées par les fournisseurs actuels sont beaucoup plus élevés.

Aux Etats-Unis, les solutions Norton Internet Security de Symantec et Internet Security Suite de McAfee coûtent ainsi chacune 69,99 dollars. Tandis que PC-Cillin de Trend Micro est facturé à 49,95 dollars. Symantec et Trend Micro proposent des prix réduits à leurs clients actuels en cas de renouvellement de licence (respectivement 39,99 dollars et 24,95 dollars pour une période de 12 mois supplémentaires).

La semaine dernière, Symantec a augmenté de 5 à 10 dollars les tarifs des licences de renouvellement pour ses produits de sécurité. Dans une note d’étude, Merril Lynch estime que cette hausse soudaine est une manoeuvre afin de dégager des revenus supplémentaires de dernière minute avant l’arrivée de Microsoft. Cette augmentation de tarifs permettrait à Symantec de générer un chiffre d’affaires de 250 millions de dollars supplémentaires, estime le représentant de Gartner.

Le cabinet d’analyse recommande aux entreprises utilisatrices de solutions de sécurité de s’appuyer sur les offres de Microsoft pour renégocier leurs tarifs avec les fournisseurs actuels, même s’ils ne souhaitent pas changer de prestataire.

Dix ans d’avance sur Microsoft

Compte tenu des problématiques antitrust, il est fort improbable que Microsoft lie ses nouveaux produits de sécurité avec Windows, estime Neil MacDonald. L’analyste précise que les fournisseurs actuels n’ont pas à s’inquiéter à court terme de l’arrivée de la firme de Bill Gates. Les prestataires installés disposent d’une expérience de 10 ans au minimum dans leur secteur de prédilection tandis que Microsoft vient à peine de lancer la version 1.0 de ses produits.

Si l’éditeur de Redmond souhaite s’afficher comme un fournisseur fiable de services de sécurité pour les entreprises, il devra proposer des fonctionnalités supplémentaires pour des plates-formes logicielles comme Linux. “Microsoft ne sera pas pris au sérieux en qualité de vendeur de solutions de sécurité s’il ne supporte que les plates-formes Windows”, déclare Neil MacDonald. Selon l’expert, Microsoft doit également faire face au scepticisme de ses clients, qui pourraient considérer son entrée sur ce marché comme l’aveu que Windows serait le maillon faible dans la chaîne de la sécurité.

Les autorités de régulation pourraient également s’opposer à l’entrée de Microsoft sur ce marché, dans la mesure où la firme de Bill Gates dispose d’un avantage anticoncurrentiel grâce à sa connaissance des failles de son système d’exploitation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur