Hachette Livre s’attaque au piratage des livres électroniques

Cloud

Le monde du livre n’est plus épargné par le piratage des contenus culturels. Hachette Livre est le premier éditeur à se lancer dans la chasse active aux e-books illégaux.

Le développement des liseuses numériques fera-t-il subir au livre le même sort de piratage de masse que les lecteurs MP3 ont réservé à l’industrie du disque ?

L’arrivée de la Kindle et de la Kobo by FNAC pourraient en tous cas rapidement démocratiser dans l’hexagone les “e-books readers”, qui liront indifféremment contenus légaux ou illégaux.

C’est la crainte de Hachette Livre (filiale de Lagardère), qui a décidé de s’attaquer dès maintenant aux sources permettant le téléchargement d’e-books piratés.

La maison d’édition a ainsi annoncé par communiqué le 15 décembre avoir engagé la société américaine Attributor pour “lutter contre le piratage des livres publiés par les différentes maisons d’édition françaises du Groupe, que ce soit par numérisation « sauvage » d’exemplaires imprimés ou par téléchargement illégal de leurs e-books.”

Attributor est présenté comme “le leader mondial de la chasse aux pirates de livres numériques, que ceux-ci opèrent en “peer to peer” ou en téléchargeant depuis des plates-formes de stockage(DDL).

Il procède en envoyant des mises en demeure aux sites hébergeant ces fichiers, mais ne collecte pas de données sur les internautes les téléchargeant.

Une approche qui semble donner de bons résultats “dans l’immense majorité des cas” nous a affirmé par téléphone une porte-parole de Hachette Livre.

Une expérience sur 500 titres a réussi à convaincre Hachette de confier à Attributor la surveillance de tous les ouvrages de son catalogue, ainsi que de ses nouveautés.

Hachette Livre est le deuxième éditeur mondial de livres grand public.

Il affirme être le premier en France à s’attaquer au piratage des livres. Il est du coup surprenant qu’il n’ait pas choisi d’intégrer le processus de la riposte graduée et de la Hadopi.

Notons que le piratage n’est pas le seul problème de Hachette Livre dans le numérique.

Le 6 décembre, la Commission européenne annonçait lancer une enquête contre cinq éditeurs –le Français plus Harper Collins, Simon & Schuster, Penguin et Macmillan – pour savoir s’ils sont impliqués dans une entente sur les prix des livres électroniques avec Apple.

Si ces accusations sont fondées, une telle entente pour garder des prix élevés sur les e-books serait encore le meilleur moyen de pousser les lecteurs sur le bateau du piratage, quel que soit le nombre de mises en demeure envoyées.

 

Logo : © arrow – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur