Hackathon « E-résidents » : à qui la palme du bâtiment connecté ?

Data-stockage
3 5

Dalkia (groupe EDF) a annoncé les gagnants du hackathon « E-résidents » coorganisé par ses soins sur la thématique du bâtiment connecté. Le bilan.

Après deux mois d’incubation et un ultime pitch ce lundi 18 avril, le verdict est tombé : l’équipe du projet Haru est la grande gagnante du hackathon « E-résidents » coorganisé par Dalkia (groupe EDF) et Intent Technologies (éditeur d’une plate-forme de données et de services pour les acteurs du bâtiment connecté).

La première phase de cette compétition s’était déroulée du 5 au 7 février derniers dans les locaux de l’Usine IO (Paris 13e).

Développeurs, designers, porteurs d’idées, data scientists… ils étaient une centaine réunis autour d’un objectif : concevoir des services qui améliorent le confort des habitants tout en les aidant à réduire leur consommation énergétique.

Un atelier technique s’était déroulé en amont – le 1er février – pour permettre aux participants de se familiariser avec les ressources mises à leur disposition.

D’un côté, des beacons, des thermostats, des compteurs et des prises électriques connectés. De l’autre, des données accessibles principalement via l’API d’Intent Technologies : température et hygrométrie pour les parties communes et privatives, consommation d’électricité, d’eau et de gaz, informations sur le chauffage collectif et la ventilation, météo extérieure, etc.

Jusqu’au bout

Sur 19 projets présentés en début de week-end, 15 ont vu le jour, réunissant quelque 70 personnes. Ces dernières ont eu 4 minutes pour séduire un « pré-jury » qui a retenu 9 projets pour le passage devant le « Grand Jury », en présence de Jean-Michel Mazalerat, P-DG de Dalkia.

Les cinq équipes gagnantes ont pu suivre, du 8 février au 11 avril, un programme d’incubation online.

Rendez-vous leur avait été donné ce 18 avril au showroom Dalkia de La Défense pour la présentation finale de leurs projets respectifs, jugés sur deux critères : le produit en tant que tel (niveau de développement, qualité de l’interface, caractère novateur) et son potentiel business (revenu, niveau d’expérimentation, partenaires envisagés).

Le jury, composé de cinq membres de Dalkia, a primé Haru et son robot muni de sondes qui informe et sensibilise les occupants sur la qualité de leur environnement tout en leur prodiguant des conseils personnalisés.

La deuxième place est revenue à /Command et son service de gestion automatisée de la relation entre locataires, gestionnaires et mainteneurs, par SMS. La présentation diffusée à l’occasion du hackathon laisse entrevoir le modèle économique, basé sur un abonnement mensuel plus ou moins onéreux selon le type de numéro choisi (court, long, personnalisé…) et additionné d’un prix par message (5 ou 6 centimes).

Une start-up dans la place

Game of Energy complète le podium avec son application inspirée des jeux de rôles et pensée pour inciter les résidents à faire des économies, notamment en comparant la consommation de leur immeuble à celle d’autres immeubles.

En quatrième position, on trouve Sénova. Montée en 2009 par deux ingénieurs de l’École centrale Paris, cette start-up a essaimé depuis lors à Lyon, Montpellier et Roubaix. Elle développe des services pour un habitat plus économe, plus confortable et plus sain en se penchant sur des problématiques comme la crise environnementale, le développement de l’intelligence artificielle ou la quête de sens et la place de l’homme dans la société.

Arrive ensuite atHome, un réseau social privé pour mettre en relation les habitants d’un même immeuble, les propriétaires/bailleurs et les prestataires. Que ce soit pour signaler des pannes, s’échange des services ou créer des événements. Le service sera bientôt accessible en version d’essai ; les inscriptions à la bêta sont ouvertes jusqu’au 30 avril.

Plus de 10 000 euros de dotation ont été répartis entre les gagnants : 6 100 euros pour Haru (qui a également obtenu le prix pour le vote des salariés de Dalkia) ; 3 100 pour /Command ; 1 600 pour Game of Energy ; 600 pour Sénova et atHome… mais aussi 1 500 euros, remis à la fin du hackathon à Omniwatt pour le prix du « meilleur hack ◄».

Crédit photo : TonyV3112 – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur