HAG’FM, une web radio sur les ondes hertziennes

Mobilité

De grandes radios, qui créent des web radios sur des thèmes plus ciblés, on connaissait. L’inverse moins. Un exemple avec la web-radio associative HAG’FM.

Le web serait un bon moyen pour une radio associative de démarrer, de se faire connaître et d’obtenir une fréquence sur les ondes hertzienne. Pour Ludovic Loir, fondateur de la web radio associative HAG’FM cela ne fait aucun doute. La radio en ligne de la pointe du Cotentin a été présélectionnée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour l’obtention d’une fréquence sur la bande FM. Une étape importante avant la sélection, la signature de la convention avec le CSA et l’autorisation d’émettre. La récompense après près de quatre ans d’efforts.

“En partant du constat que la Hague n’avait pas de radio locale, je me suis lancé dans l’aventure”, se souvient  Ludovic Loir, passionné depuis ses débuts d’animateur bénévole dans les années 1980. “C’était en septembre 2004. J’ai alors proposé l’idée à plusieurs communes sans grand succès”, poursuit-il. Il fonde l’association en mars 2005 en recrutant une petite dizaine de bénévoles grâce à une annonce passée dans le journal.

Il se rend au Comité technique radiophonique (CTR) de Caen faisant partie intégrante du CSA, pour obtenir des renseignements. “Ils me suggèrent, en attendant que le CSA lance un appel à candidature, de commencer par diffuser sur le Net”, explique Ludovic Loir.

Quels revenus pour la radio ?

Dans la région, les web radios n’ont pas vraiment la cote et les subventions ainsi que les partenariats publicitaires s’obtiennent difficilement. Ludovic Loir investi de sa poche entre 3 500 et 4 000 euros pour l’achat du matériel de départ. L’association qui fonctionne avec 300 euros par mois dispose aujourd’hui de six ordinateurs, d’une console de mixage, de traitement du son et un lecteur de CD.

“Avec l’obtention de la fréquence FM, nous allons devoir réaliser un investissement de 15 000 euros pour l’achat de l’antenne, de l’émetteur et du codeur RDS qui permet d’afficher le nom du morceau de musique sur les autoradios”, explique Ludovic Loir, président de l’association. “Pour cela, nous avons une promesse de subvention de la part de la communauté de commune de la Hague”, ajoute-t-il. HAG’FM deviendra également éligible à l’aide du Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale. Des contributions qui seront les bienvenues car le CSA impose aux radios associatives de ne pas dépasser 20% de revenus publicitaires dans son chiffre d’affaires annuel.

Entre 5 000 et 5 500 auditeurs par mois sur le Web

La web radio est installée dans la périphérie de Cherbourg, dans la commune de Beaumont-Hague, qui prête gratuitement des locaux à l’équipe de HAG’FM. Au moment du passage sur les ondes hertziennes qui devrait se produire cet automne, la radio diffusera ses programmes dans un rayon de quarante kilomètres sur le 96.6 FM. “Nous continuerons à fonctionner sur Internet en parallèle. J’y tiens absolument”, affirme Ludovic Loir. La web radio capte aujourd’hui entre 5 000 et 5 500 auditeurs par mois (visiteurs uniques).

Sur le 96.6 FM, la grille des programmes comme l’habillage d’antenne (les jingles, etc.) resteront inchangés. Les animateurs devront cependant se plier à la réglementation du CSA et diffuser au moins 40% de musique francophone dont 20% de jeunes talents. “Ce sera difficile car nous aimons beaucoup les grands groupes anglophones”, s’amuse Ludovic Loir. “Pour ce qui est des jeunes talents, nous assurerons la promotion des artistes locaux comme nous l’avons toujours fait”, conclut-il.

(Article modifié le 07/08/2008. Fervent passionné de radio, Ludovic Loir n’a jamais exercé sa passion en tant que professionnel contrairement à ce que nous avions écrit.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur