Haine sur Twitter : l’UEJF en remet une couche au pénal

JuridiqueRégulations
twitter-uejf-plainte-haine-internet

L’Union des étudiants juifs de France poursuit Twitter et son président Dick Costolo au pénal. Le ménage des tweets de nature antisémite n’est pas fait correctement, malgré les engagements pris devant la justice française.

L’UEJF trouve que Twitter demeure trop laxiste dans la chasse aux tweets de la haine.

Dans le courant de l’automne 2012, l’Union des étudiants juifs de France et l’association J’accuse ont lancé une action en justice contre la société Internet américaine, après avoir constaté la propagation de hastags nauséabonds du type “#unbonjuif” et “#unjuifmort”.

Poursuivie pour injure et diffamation raciale, provocation publique à la haine ou à la violence à l’encontre des juifs, Twitter a donné des vélléités à coopérer avec la justice française et retirer les messages les plus choquants.

Une ordonnance de référé du TGI de Paris en date du 24 janvier 2012 l’obligeait à faciliter l’identification des auteurs des tweets haineux et le signalement de telles dérives.

Mais l’UEJF considère que Twitter manque à ses engagements.

Dans un communiqué en date du 11 avril, l’association annonce qu’elle assigne au pénal la société Twitter et son président Dick Costolo.

Pour quels griefs ? “Injure raciale, diffamation raciale, provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’encontre des juifs.”

Fin mars, une première plainte au pénal avait déjà été déposée contre les mêmes protagonistes.

Pour le motif que “la société Internet américaine n’a pas répondu à la demande de la justice française d’identifier les auteurs de ces tweets“.

Autre élément à charge pour l’UEJF : le ménage dans les tweets de la haine n’a pas été fait correctement sur la plateforme de microblogging.

“Les internautes installés en France peuvent encore tomber dessus, procès-verbal de constat établi à l’appui”, assure l’association.

Un sujet qui fait aussi bondir le gouvernement.

En début d’année, Fleur Pellerin, ministre de l’Economie numérique, avait réagi au procès d’incitation à la haine visant Twitter.

Elle avait demandait à la société Internet américaine de “s’adapter à la loi française”.
———————————————————

Quiz : Connaissez-vous vraiment Twitter ?

——————————-

Credit photo : Shutterstock.com – Copyright : Natalia Siverina


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur