Haut débit : l’Arcep recense presque 12 millions de comptes à fin septembre

Mobilité

La progression du nombre de comptes d’accès résidentiels est similaire sur
les deux derniers trimestres. Le dégroupage total joue un rôle moteur.

Le haut débit poursuit son ascension en France de manière linéaire. Selon le dernier rapport de l’Observatoire de l’Internet haut débit rendu par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (1), la France compte 11,8 millions d’abonnements Internet à la fin du troisième trimestre 2006.

Entre juillet et septembre 2006, 660 000 abonnement supplémentaires ont été recensés (soit une progression de 6% par rapport au trimestre précédent). La progression est similaire par rapport à la période précédente : entre mars et juin 2006, l’Arcep avait recensé 630 000 abonnnements Internet en plus.

Sur un an, le bond du haut débit est remarquable puisque le nombre d’abonnements Internet par ADSL a augmenté de plus de 3 millions, soit une croissance de 39,6%.

Sans surprise, ce sont les offres d’accès de type ADSL qui représentent l’écrasante majorité des abonnements (11,1 millions). Tandis que le câble stagne (seulement 20 000 abonnements gagnés entre le deuxième trimestre et le troisième trimestre 2006).

Le nouveau duo Noos/Numericâble et sa nouvelle offre à très haut débit parviendra t-il à réveiller le secteur câble ? On n’en mesurera les premières répercussions qu’à partir de mars 2007 mais renverser la tendance sera un véritable challenge pour le câblo-opérateur.

Le dégroupage total passe le cap du million de lignes

Côté livraison de statistiques orientés “BtoB et télécoms”, l’Arcep a également pris l’habitude de communiquer un tableau de bord des offres de gros du haut débit pour le dégroupage, le bitstream (2) et l’offre nationale (3).

Au 30 septembre 2006, les opérateurs alternatifs ont acheté sur le marché de gros 5,5 millions d’accès à France Télécom. Ce volume se répartir de la manière suivante : 3,5 millions d’accès dégroupés (dont 1,5 million en dégroupage total), 1,61 millions sous la forme du bitstream et 380 000 pour l’offre nationale.

Selon l’analyse de l’Arcep, le dégroupage total constitue le moteur de l’achat d’accès de gros à France Télécom. D’un point de vue pénétration démographique, les opérateurs peuvent désormais toucher 56% de la population française en dégroupage (total ou partiel).

(1) Résultats provisoires. Les résultats définitifs seront rendus lors de la publication de l’Observatoire des communications électroniques le 31 janvier 2007.
(2) Pour les sites trop petits ou trop éloignés de leurs réseaux, les opérateurs alternatifs peuvent recourir à des offres de gros spécifiques délivrées au niveau régional. (source : Arcep).
(3) Techniquement similaire au bitstream mais livré en un seul point national.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur