Haut Débit : le Jura inaugure son réseau d’initiative publique

Cloud

Fin février, le conseil général du Jura a inauguré son réseau haut débit alliant fibre optique et Wimax. Un parcours plutôt saccadé.

Au terme de 18 mois de travaux, la population et les enteprises jurassiennes vont enfin pouvoir surfer à haut voire à très haut débit.

Pourtant, tout n’a pas été facile pour le conseil général du Jura, qui avait voté en janvier 2007, la construction d’un réseau de télécommunications alliant fibre optique et WiMax.

En 2007, le marché a été attribué au groupement Eiffage-Altitude Infrastructure sous forme de délégation de service public. Ce qui avait provoqué un certain enthousiasme mais, depuis, différentes voix se sont élevées.

Des collectifs de citoyens s’inquiétaient des risques que pouvait faire peser la technologie hertzienne Wimax sur la santé des habitants. D’autres souhaitaient simplement suivre l’évolution des travaux et l’arrivée d’opérateurs.

C’est le cas du “collectif de lutte contre le bas-débit” que Vnunet avait interrogé lors d’une précédente rencontre dans le Jura pour suivre le dossier, en novembre dernier.

“Le conseil général avait indiqué que le réseau serait mis en service en février 2009, il a tenu sa promesse et toute la population le remercie” indique Pascal Minguet, conseiller municipal du village de Jouhe (Jura) en charge de la communication et d’Internet.

Lors de la soirée inaugurale qui s’est tenue fin février, les élus se sont montrés satisfaits de la mise en service tout en restant attentifs aux différentes problématiques soulevées par les citoyens.

Mais, outre les mauvaises ondes, ce sont les risques de dérapage budgétaire et le coût financier pour l’utilisateur final qui sont pointés du doigt. En effet, les coûts des équipements (environ 200 euros) et des abonnements aux offres hertziennes (minimum 35 euros par mois) restent encore assez importants si l’on compare ceux-ci aux offres ADSL dont le prix de base se situe entre 20 et 30 euros par mois.

Trois opérateurs – Luxinet, Altitude Télécom et Numéo – étaient présents dans la salle pour présenter leurs offres aux citoyens. Et des critiques à ce sujet n’ont pas manqué de fuser. “Altitude me propose 39,90 euros par mois pour 1 Mbit/s, ce qui reste trop cher car pour un prix comparable, j’ai 2 Mbit/s chez Numéo”, déclare un habitant du village visiblement intéressé et pressé de souscrire pour naviguer sur le Web.

(Lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur