Haut débit mobile : vers un face-à-face entre le WiMax et la LTE ?

Mobilité

Selon Senza Fili Consulting, le WiMax va monter en puissance sur les marchés
émergents en particulier. Mais la bataille de normes risque d’être terrible.

Dans un nouveau rapport*, Senza Fili Consulting, un cabinet américain d’études spécialisé dans les technologies sans fil, estime que le WiMax pourrait bien devenir un véritable concurrent au LTE (acronyme de Long Term Evolution et définie comme une évolution de la norme UMTS qui pourrait constituer la future 4G pour réseaux mobiles). Il évalue à 54 millions le nombre d’abonnés WiMax en 2012.

Si le WiMax fait l’objet d’une forte adoption dans les pays émergents encore peu équipées en réseaux haut débit, il favoriserait la vulgarisation de l’accès à Internet mobile. Cette pénétration de marché lui donnerait une certaine viabilité à long terme sur ses marchés en forte croissance.

Toujours selon l’étude de Senza Fili, 61% des abonnés utiliseront le WiMax de façon nomade. Si cet usage sera largement majoritaire, le tiers de ces utilisateurs le combineront avec l’accès sans fil depuis un lieu fixe (domicile ou travail). Plus d’un abonné sur trois au WiMax ne se connectera pas à Internet en situation de mobilité.

Une tendance dessinée par prévisions de Senza Fili à rapprocher de celle d’Infonetics Research. Selon cet autre cabinet d’études, le marché du WiMax dans le monde devrait dépasser les 4 milliards de dollars en 2010 avec une croissance annuelle de 70% par an d’ici là. En 2006, il était évalué à 549,2 millions de dollars (+286% en un an).

Deux conditions devront toutefois être réunies pour que les prévisions de Senza Fili Consulting deviennent réalité. D’abord la mise à disposition rapide d’équipements d’accès, intégrés aux plates-formes (PDA, ordinateur, smartphone) ou externes (carte PCMCIA, dongles, etc.). Ensuite le développement de réseaux WiMax par les opérateurs.

Selon les conclusions des analystes du cabinet conseil, ces derniers seraient réticents à vouloir déployer une offre WiMax, préférant adopter un réseau LTE dont les spécificités seraient plus à leur avantage : réseau tout IP ; rétro compatibilité avec les équipements GPRS et UMTS ; meilleure bande passante descendante ; accessible jusqu’à 100 kilomètres de distance.

Des solutions technologiques dédiées à cette prochaine génération de réseau mobile devraient apparaître dès la fin de l’année 2007, alors même que des industriels comme Nortel prévoit également de commercialiser leurs premiers adaptateurs WiMax. La bataille technologique ne fait que commencer.

* WiMAX: Ambitions and Reality. A Detailed Market Assessment and Forecast at the Global, Regional and Country Level (2006-2012)

Une association industrielle autour du WiMax
Pilotée par l’équipementier Nortel, une association industrielle s’est donnée pour but de développer un environnement complet dédié au WiMax. Infrastructures, équipements et composants informatiques seront produits par cette association d’entreprises spécialisées. Au sein de celle-ci, l’industriel canadien s’est entouré du taiwanais ZyXEL, spécialistes des systèmes d’accès au réseau Wimax (cartes PCMCIA, routeurs, etc.), du français Sequans, constructeurs de semi-conducteurs, et de l’israélien Runcom, équipementiers spécialistes des solutions MIMO. Ce dernier a d’ailleurs été le premier à rejoindre Nortel. Ce choix n’est pas une coïncidence : cette association souhaite développer des solutions compatibles Wi-Fi MIMO et WiMax. Les premiers produits (dongles USB, carte PCMCIA) devraient être disponibles au cours des mois prochains tandis que les solutions intégrant nativement ce type de connectivités demanderont entre 12 et 24 mois de développement.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur