Haute définition : Jérôme Rota joue les VIP DivX 7

Cloud

Le co-fondateur français de la société californienne DivX était de passage à Paris pour présenter la nouvelle version de son codec.

Début 2009, le DivX a fait son entrée dans le monde de la haute définition. Il est en effet possible de télécharger la version 7 du célèbre codec, qui se base maintenant sur la norme de compression vidéo H.264 conçue pour la HD. Une version pour Windows est disponible mais la déclinaison Mac est prévue pour fin janvier.

A l’occasion d’une conférence de presse dédiée au lancement de DivX 7 organisé mardi matin à Paris, le français Jérôme Rota, co-fondateur de la société DivX créée en 2000 à San Diego en Californie, a fait le point sur la stratégie de lancement du DivX 7 et a présenté l’ensemble de ses nouvelles fonctionnalités.

Aujourd’hui, le logiciel DivX, quelle que soit la version choisie, a été téléchargé plus de 350 millions de fois sur DivX.com. Le point fort d’un tel codec est de proposer de la vidéo de haute qualité, pour tous les appareils, et toutes les plates-formes utilisées par les PC ou les Mac.

“Le format DivX est avant tout une promesse d’interopérabilité”, commente Jérôme Rota. “Quant le premier logiciel DivX est sorti, nous avons ensuite discuté avec de nombreux constructeurs pour leur vendre nos licences, et installer ce format sur d’autres supports que le PC”.

Plus de 100 millions d’appareils électroniques grand public supportent désormais la norme DivX. L’entreprise américaine a ainsi apposé sa certification sur des téléphones mobiles, des télévisions, des box Internet, des tablettes multimédia et des consoles de jeux (comme la PS3) de nombreux constructeurs (ou fondeurs), tels que LG, Samsung, HP, Panasonic, Philips, Qualcomm, Thomson, JVC, AMD ou HP. Reste maintenant à leur faire adopter la version 7, dédiée à la haute définition.

Accord de licence avec l’INA en France

A cet effet, DivX a lancé un nouveau programme de certification, DivX Plus HD, permettant la compatibilité de ces appareils avec la version DivX 7. Les nouvelles télévisions à écran plat estampillées HD et les lecteurs de disques Blu-ray sont les premiers concernés. Les fabricants (ou fondeurs) de circuits intégrés Sigma Designs et Trident Microsystems sont les premiers à avoir signé des accords de licence portant sur cette certification.

En outre, les appareils certifiés DivX Plus HD pourront lire les vidéos créées à l’aide de toutes les versions précédentes du DivX. Les internautes pourront ainsi continuer à lire, en haute définition ou non,  leurs vidéos au format DivX téléchargées sur les réseaux  peer to peer (le principal canal de distribution de vidéos supportant cette norme).

Tout en profitant des fichiers proposés par des plates-formes de VoD (Vidéo à la Demande) avec qui DivX a conclu des accords de licence, comme l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) en France, CBC au Canada, ou CinemaNow aux Etats-Unis depuis le début de cette année.

En effet, le lecteur vidéo associé à la norme DivX 7, DivX Player, peut maintenant aussi lire des fichiers au format .mkv (Matroska), un support très populaire auprès des internautes, “open source, très souple et surtout gratuit”, précise Jérôme Rota.

Ce conteneur vidéo est en effet très complet : il est capable de compiler plusieurs pistes audio et vidéo, ainsi que des sous-titres, tout pouvant mettre en place des chapitres, comme dans les DVD. Et côté son, il assure. Non seulement il supporte le format MP3 mais il peut prendre en charge le AAC (Advanced Audio Coding), qui est le format audio notamment supporté par les célèbres iPod d’Apple.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur