Hébergement: 1&1 s’installe dans un ancien centre nucléaire

Cloud

Reportage à Hanau en Allemagne : le groupe d’hébergement a lancé la construction d’un méga-centre de données sur un site sensible.

Après le data center dans un ancien complexe militaire (version Telehouse en France), voici le data center dans une ancienne installation…de combustible nucléaire.

C’est dans un parc technologique situé dans la ville de Hanau, à une vingtaine de kilomètres de Francfort, que l’hébergeur allemand 1&1 (propriété du groupe United-Internet) a réalisé un premier investissement de 15 millions d’euros pour lancer la construction de la première tranche d’un nouveau centre de données.

A ce jour, le fournisseur qui est présent sur plusieurs marchés en Europe (Allemagne, France, Espagne, Autriche et Grande-Bretagne) et aux Etats-Unis, hébergerait près de 55 000 serveurs. Son principal concurrent en Europe, le français OVH, en hébergerait “seulement” 50 000 depuis quelques semaines.

Au total, le groupe disposerait de 19 500 mètres carrés d’espace informatique répartis dans 4 complexes. Trois sont installés en Europe (Allemagne) et un aux Etats-Unis, dans la ville de Lenexa dans l’Etat du Kansas.

Le cinquième, à Hanau, viendra s’ajouter à l’espace existant pour renforcer les capacités d’hébergement de serveurs dédiés. Une première tranche devrait être opérationnelle fin 2009.

Selon un représentant de l’hébergeur, le centre permettra également à 1&1 de compléter son catalogue avec des services de cloud computing et de SaaS (Software as a Service). Ces offres seraient en cours de création et leur mise sur le marché pourrait avoir lieu dans quelques mois.

Un ancien site nucléaire qui résiste si un avion s’écrase

L’impressionnant bâtiment baptisé “New Mox,” que Vnunet.fr a pu visiter, a été construit à la fin des années 1980 et devait à l’origine servir pour la production de barres à oxyde mixte, faites d’uranium et de plutonium enrichis. Mais le site n’aurait jamais été utilisé et l’ancien propriétaire – Siemens AG – l’a abandonné en 1995. L’ancien propriétaire cherchait à céder le site au plus offrant.

“Après avoir été exempté de contrôles nucléaires comme la loi l’exigeait en Allemagne, 1&1 a décidé de racheter le bâtiment pour le transformer en centre de calcul”, indique Stephan Mink, responsable des centres de données européens du groupe. “Pour nous, c’est un avantage de se baser sur une installation existante car nous réalisons une économie certaine par rapport à la construction d’un bâtiment neuf.”

(lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur