Hebergement et virtualisation (1) : Gandi préfère “une solution développée en interne”

Cloud

Vnunet.fr a interrogé trois prestataires hébergeurs sur leur approche de la virtualisation. Volet 1 : Gandi.

Le bureau d’enregistrement de noms de domaine (registrar), devenu fournisseur de services (blogs, emails et hébergement), a développé son système en interne avec Xen (logiciel libre de virtualisation). Le tout hébergé dans plusieurs data centers parisiens sur des machines Dell et matériels réseaux Cisco.

Lorsque que certains allouent dynamiquement des ressources, “nos serveurs sont divisés en 64 parts égales”, indique Nicolas Lhuillery, directeur du Produit chez Gandi. “Nous fournissons un service à ressources dédiés contrairement aux offres à base de Virtuozzo qui s’apparentent plus à du mutualisé compartimenté (surbooking des serveurs, limitations techniques strictes..)”, poursuit-il.

Et le prestataire se targue d’avoir poussé la flexibilité et la qualité de notre offre à son maximum. Ce qui est censé générer une sécurisation complète des données et une réactivité maximale en cas de besoin de ressources (création de serveur en cinq minutes, augmentation de la puissance à la volé en moins d’une minute…). “Certains de nos clients revendiquent près de 50 000 visiteurs uniques jour sur leur forum hébergé sur serveur avec deux parts”, conclut notre interlocuteur.

Lancé en version bêta en mai dernier et en conditions commerciales il y a une semaine, il faut escompter 12 euros HT par mois pour louer une part serveur incluant 1/64ème d’un quadricore AMD, 256 Mo de mémoire RAM garantis + 512 Mo de Swap, 5 Go de stockage, une bande passante de 5 Mbit/s.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur