Here : Nokia abat ses cartes face à Google Maps

Nokia mise gros sur ses outils de cartographie, remodelés sous l’application Here et bientôt déclinés sur mobile pour s’opposer plus tangiblement à Google Maps, mais aussi Apple Plans.

Apple cartographie Street View

La cartographie, incontournable levier de relance pour Nokia ?

A la peine sur son segment de prédilection historique (les téléphones mobiles), le groupe télécoms finlandais réorganise son portefeuille et fait la part belle aux solutions logicielles, tout particulièrement la navigation.

La division Maps est ainsi mise à contribution avec le service « Here », hérité de l’application Nokia Maps déjà proposée sur les Windows Phones de la gamme Lumia.

Mais plus qu’une mise à jour sommaire, il s’agit d’un lifting de pied en cap. Il en résulte un outil remodelé pour s’opposer plus tangiblement à Google Maps, mais aussi à Apple Plans.

Les cartes sont toujours issues de la base de données de Navteq (racheté en 2007 pour plus de 5 milliards d’euros).

De nombreuses technologies demeurent (info trafic, itinéraires piétons, etc.), avec en toile de fond une stratégie de diversification.

« Nous allons rapidement élargir l’éventail de terminaux compatibles« , a ainsi détaillé le P-DG Stephen Elop, repris par AllThingsD.

Pour l’heure limité au Web (via Internet Explorer, Firefox ou Chrome, avec Java activé), Here sera bientôt décliné sous la forme d’applications mobiles pour Android (version 2.2 et ultérieures).

A court terme, Nokia vise également iOS (à partir de la mouture 4.0). Sur iPhone et iPad, un boulevard s’est effectivement ouvert depuis la disparition du client Google Maps et le lancement bafoué d’Apple Plans.

Il est également question d’un partenariat avec la fondation Mozilla, rapprochement qui devrait aboutir, à l’horizon 2013, à une intégration de Here au sein de Firefox OS.

Une fonctionnalité de visualisation en 3D apparentée à Google Street View devrait également voir le jour des suites du rachat d’Earthmine, une jeune pousse américaine qui fournit notamment ses solutions à Mappy (groupe PagesJaunes).

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais TechCrunch reconnaît à cette start-up californienne la particularité d’avoir dédié ses services aux entreprises, typiquement pour une intégration au sein d’applications métiers.

Dans sa version bêta publique, Here inclut plusieurs options de recherche applicables à une cinquantaine de métropoles du globe. Notamment un moteur de recommandation de points d’intérêts.

A contrario, pour les zones plus reculées où les informations viennent à manquer (pour l’exemple, les Caraïbes, les îles Vierges ou encore le sud-est de l’Asie), Nokia en appelle à la communauté des utilisateurs, avec l’outil Map Creator.

A noter toutefois qu’il est nécessaire de posséder un compte sur la plate-forme. Même constat pour profiter du système de favoris (appelés « Collections ») et « d’une expérience personnalisée basée sur les préférences de l’utilisateur« .

Associé à la géolocalisation, ce traçage pourrait bientôt donner lieu à la diffusion de publicité ciblée, lorsque Nokia aura atteint une masse critique. Des partenariats sont d’ores et déjà montés avec voyagistes et chaînes hôtelières.

Crédit image : Natykach Nataliia – Shutterstock.com

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



0 replies to Here : Nokia abat ses cartes face à Google Maps

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

09:24:20