Hewlett-Packard (HP) : scission pressentie des activités en deux

Régulations
hp-impression-3d-juin-2014

Hewlett-Packard (HP) pourrait se scinder en deux entreprises distinctes avec les activités B2B d’un côté et celles liées à l’informatique personnelle (PC) et aux imprimantes de l’autre.

La scission de Hewlett-Packard en deux entités distinctes est un véritable serpent de mer depuis plusieurs années. Elle pourrait toutefois être annoncée aujourd’hui par le groupe et devenir effective dès 2015, si l’on croit le Wall Street Journal, qui évoque des sources proches du dossier.

Plus exactement, dans une logique de redressement économique, Hewlett-Packard consentirait à séparer sa division PPSG (Printing and Personal Systems Group) de ses activités B2B (à la fois matériel et services). Cette dernière activité regroupe la vente de serveurs, d’équipements de stockage, de services aux entreprises, mais aussi de services financiers et liés à la vente de logiciels.

Une logique industrielle et économique qui ferait écho à l’annonce, la semaine dernière, d’eBay (dont Meg Whitman fut P-DG avant de passer à la tête de HP) de se séparer de sa filiale de service de paiement en ligne PayPal.

Cette opération avait été envisagée par HP dès 2011 ; il s’agissait à l’époque de se séparer (spin-off) de l’activité PSG (Personal Systems Group). Mais, sous la pression des actionnaires, le P-DG Leo Apotheker avait été débarqué (en septembre 2011) et l’idée abandonnée deux mois plus tard.

En 2012, sous la direction de Meg Whitman, HP se réorganisait en associant la division PSG à son activité imprimantes, plus rentable.

Le groupe, capitalisé à hauteur de 55 milliards de dollars, pourrait donc passer à la vitesse supérieure après avoir largement sabré dans ses effectifs ces derniers temps. En 2013, HP a en effet supprimé 34 000 postes et jusqu’à 16 000 autres suppressions seront réparties sur 2014 et 2015.

Il faut dire que le deuxième constructeur mondial de PC (derrière Lenovo) dépend beaucoup des ventes de… PC, en constant recul. Durant l’exercice fiscal 2013, la division imprimantes et PC a généré 55,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit quasiment la moitié des revenus de la société. Les ventes de PC et imprimantes étaient en recul de 7,1%, contre une baisse de 6,7% pour l’ensemble du groupe. HP s’est laissé distancer sur le créneau porteur des smartphones et tablettes et n’est également pas épargné par la baisse des ventes de serveurs, les clients n’hésitant plus à faire appel au cloud plutôt que de s’équiper.

La séparation permettrait aux deux entités de se concentrer sur un secteur d’activité plus précis et de les rendre plus performantes, les synergies n’étant de toute façon pas évidentes.

Concrètement, chaque actionnaire de HP recevrait des actions de chacune des deux nouvelles entités. Meg Whitman deviendrait présidente de la partie en charge des PC et imprimantes, et P-DG de la société en charge des activités B2B, dont Patricia Russo, ancienne patronne d’Alcatel-Lucent et actuelle administratrice de HP, deviendrait présidente. Le jeu de chaises musicales toucherait également Dion J. Weisler, vice-président de la division PPSG, qui serait propulsé au poste de directeur général de cette activité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur