HoloLens : Microsoft enclenche le levier BtoB

MobilitéPoste de travail
hololens-entreprises
4 54

Microsoft accélère dans la promotion des usages BtoB associés à son casque de réalité augmentée HoloLens.

L’assistance à distance pour des tâches de bricolage, la retouche de modèles 3D avant impression, l’immersion dans l’univers du jeu vidéo Minecraft… Microsoft varie les parfums pour illustrer les capacités de son système HoloLens.

Fruit de cinq années de développement en interne, ce casque à technologie holographique n’est pas encore commercialisé. Pour autant, il aura marqué les esprits lors de sa présentation fin janvier.

La presse et les analystes ont particulièrement apprécié la possibilité, pour l’utilisateur, d’interagir avec son environnement, selon le concept de la « réalité augmentée ». Ce principe s’oppose à la « réalité virtuelle » exploitée notamment par le casque Oculus Rift, avec lequel on évolue dans un monde « parallèle », sans lien avec le réel.

Les éléments virtuels que Microsoft appelle « hologrammes » sont en fait simplement des images superposées dans le champ de vision de l’utilisateur. Derrière chacun d’eux se trouve une application « universelle » pour Windows 10.

Techniquement parlant, il s’agit de rayons de lumière diffusés par un microprojecteur sur deux lentilles transparentes (gauche et droite). Celles-ci sont composées de trois couches de verre rouge, bleue et verte dont les sillons diffractent la lumière avant qu’elle ne frappe la rétine, donnant l’impression que les « hologrammes » s’incrustent dans le monde réel.

Cette incrustation est faite en fonction des données contextuelles recueillies et traitées en continu par le HPU (« Holographic Processing Unit »), complémentaire au CPU et déporté dans un boîtier au niveau de la nuque.

Une technologie de son spatialisé permet « d’écouter » les hologrammes en fonction de leur position. Microsoft avait donné, en début d’année, l’exemple d’un simulateur de conduite : le moteur d’une voiture qui nous dépasse proviendra du côté gauche, par l’arrière.

Tout un programme

La firme de Redmond le reconnaît : elle a une carte à jouer dans le monde de l’entreprise. Avec en ligne de mire des usages de type collaboration et visualisation de données, elle a récemment lancé un appel à contributions dans le cadre d’un programme qui consistera à octroyer des fonds et du matériel à quelques projets de recherche américains.

Les « quelque 5 projets [américains] » qui seront choisis – l’annonce de la sélection est attendue pour le 6 octobre 2015 – recevront chacun une subvention d’un montant maximal de 100 000 dollars.

En première ligne, le monde universitaire, avec lequel Microsoft a déjà construit des usages BtoB autour de Hololens. Illustration avec la présentation, en avril dernier lors de la conférence Build, d’une solution destinée au secteur médical, pour simplifier le travail des praticiens.

Le partenariat signé avec l’université privée Case Western Reserve (Cleveland, Ohio) s’inscrit dans cette même thématique… et fait aujourd’hui l’objet d’une vidéo (voir ci-dessous). On y entrevoit une nouvelle manière d’apprendre l’anatomie, plus interactive, collaborative et basée sur des gestes que l’on exploite déjà aujourd’hui sur les écrans tactiles.

Dans le domaine scientifique, la NASA s’intéresse aussi à l’expérience HoloLens. Son laboratoire Jet Propulsion en a tiré parti pour permettre à ses équipes d’explorer la planète Mars comme si elles s’y trouvaient, à partir d’images acquises par le robot Curiosity.

Plus récemment, l’agence spatiale a annoncé son intention d’envoyer des casques HoloLens vers la Station spatiale internationale (ISS) afin d’aider les astronautes à y accomplir certaines tâches complexes liées notamment à la maintenance.

Crédit photo : Microsoft


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur