HomeRF fait la nique à Airport

Mobilité

La Commission Fédérale des Communications américaine a modifié les règles d’utilisation du spectre de fréquences des 2,4 GHz pour permettre des connections sans fil plus rapides. Cette décision a été prise en faveur de HomeRF, un groupe de travail qui regroupe 90 fabricants. Elle lui permet de concurrencer le standard international utilisé par Apple sur l’Airport ainsi que par 50 autres compagnies.

Le standard HomeRF, utilisé entre autres par Proxim, Intel ou Motorola, viendra-t-il marcher sur les plates-bandes de l’IEEE 802.11b, encore appelée Wi-Fi, utilisé lui par Apple, 3Com ou Lucent pour développer les réseaux sans fil ? C’est la question qu’on peut se poser, après la décision de la Commission Fédérale des Communications (FCC) aux Etats-Unis. L’enjeu ? L’utilisation de la bande des 2,4 GHz.

Pour HomeRF, qui utilise la technologie du saut de fréquence, l’élargissement de l’utilisation du spectre est vital. Sa technologie ne lui permet pas d’atteindre des vitesses plus élevées que 2 Mbits/s. Cinq fois rien, comparé aux niveaux atteints par les supporters de la norme internationale IEEE 802.11b. L’IEEE définit les protocoles de fonctionnement des réseaux LAN, WLAN et autres WPAN. Apple fait partie de ces supporters, réunis au sein du WECA (l’Alliance pour la compatibilité de l’Ethernet sans fil) et soutient ardemment cette norme. Les produits soutenus par ce groupe, au nombre de 40, offrent des vitesses de transfert allant jusqu’à 11 Mbits/s, soit 1 Mbit/s de plus que HomeRF.

La décision de modification d’utilisation de cette gamme d’ondes permet à HomeRF de venir concurrencer Wi-Fi sur son terrain. La technologie choisie par Apple est en effet compatible avec une utilisation à la maison ou en dehors. Ce qui fait sa grande force. Comme ces deux standards utilisent des technologies différentes, il y a un risque d’interférences entre différents types de produits. Risque réel ? Difficile à dire en l’état de l’art. Il paraît plus vraisemblable que les deux technologies puissent cohabiter, compte tenu de leurs facultés à corriger elles-mêmes les erreurs de transmission.

“Nous anticipons la conception d’équipements appropriés destinés à éviter toute contrainte technique dans l’utilisation de vitesse supérieure de transmission de données, sur des largeurs de bande plus importantes”, indique la Commission Fédérale dans sa décision. “Nous nous accordons pour dire également que la modification des règles d’utilisation pour permettre (l’utilisation) de systèmes à saut de fréquences sur larges bandes encouragera la compétition avec la technologie de séquence directe, au bénéfice des consommateurs”. Les seules différences entre ces deux systèmes concernent la technologie employée (saut de fréquence pour HomeRF, séquence directe pour les adeptes du Wi-Fi), et la vitesse de transmission.

Reste que pour Proxim, un des grands du marché qui utilise HomeRF et dont certains produits fonctionnent aussi sur le standard utilisé par Airport (voir notre édition du 20 juin 2000)), la compétition va se jouer sur tous les terrains. A la maison certes, mais aussi dans la rue, pour un accès à l’Internet public sans fil. Un combat qu’il fallait donc gagner, pour passer de 2 à 10 Mbits/s et se mettre à hauteur de ce que propose Apple avec Airport. Le bras de fer de ces deux standards ne fait que commencer…

Pour en savoir plus :

* Le site d’Airport

* Le site de la FCC (en anglais)

* Le site du HomeRF (en anglais)

* Le site du WECA (en anglais)

* Le site de Proxim (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur