Horizon 2020 : Union européenne recherche start-up

EntrepriseRégulationsStart-up
union-europeenne-start-up

Dans le cadre de son programme Horizon 2020, Bruxelles incite les start-up à faire les démarches pour bénéficier d’aides financières au développement.

Le 1er janvier 2014, le programme-cadre européen Horizon 2020*, dédié au financement de la recherche et de l’innovation, entrait en vigueur avec une dotation de 79 milliards de dollars, dont 9 milliards réservés aux petites et moyennes entreprises.

Après quelques mois, le constat de Neelie Kroes est sans appel : les start-up n’en profitent pas comme elles le devraient. A quelques semaines de la fin de son mandat, la commissaire européenne chargée de l’agenda numérique reconnaît que le dépôt des candidatures reste une procédure complexe. Elle assure toutefois que Bruxelles oeuvre à leur simplification, notamment à travers une attribution accélérée des aides et une optimisation du modèle de coûts.

Les trois grandes priorités du programme Horizon 2020 – en l’occurrence, l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux – sont concernées, avec des véhicules de financement dédiés aux start-up selon l’approche ascendante “Fast Track to Innovation”. Cette dernière implique des appels ouverts permanents destinés à attirer les consortiums à projets dotés de petits budgets… et à accélérer le “time-to-market” pour les primo-demandeurs.

Interrogée lors de la conférence TechCrunch Disrupt London, Neelie Kroes se dit même prête à “apporter des conseils aux porteurs de projets directement par e-mail“. Et d’ajouter : “Les contes de fées entrepreneuriaux, cela existe !“. Pour la commissaire européenne, la barrière est d’abord d’ordre culturel : la crainte de l’échec est particulièrement développée chez les entrepreneurs du Vieux Continent, par opposition à la Silicon Valley, où “les initiatives se multiplient, quand bien même 9 projets sur 10 échouent“.

Parmi les autres sujets abordés, la neutralité du Net, la réforme du marché européen des télécoms… et la décision de la Cour de justice de l’Union européenne esquissant une piste de droit à l’oubli dans les moteurs de recherche. Sur ce dernier point, Neelie Kroes souligne “l’absolue nécessité” d’éduquer les plus jeunes sur les bons comportements à adopter vis-à-vis de la publication de données personnelles sur des services numériques. “Le principe du droit à l’oubli ne doit pas être utilisé comme une excuse par les parents pour zapper l’éducation numérique de leurs enfants“, conclut-elle.

* Horizon 2020 regroupe l’actuel programme-cadre de recherche et développement technologique (7e P.C.R.D.T.), Euratom, le programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation (C.I.P.), ainsi que l’Institut européen d’innovation et de technologie (I.E.T.).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de l’argent virtuel ?

Crédit image : Molodec – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur