Hotmail bientôt éclipsé par Outlook.com

Cloud
Microsoft Outlook Hotmail

Quelque 300 millions d’utilisateurs de Hotmail sont invités à migrer vers Outlook.com, le nouveau webmail de Microsoft tout juste sorti de sa phase de test initiée en juillet 2012.

Microsoft va bousculer la hiérarchie de ses clients légers de messagerie électronique en accélérant le passage de témoin entre Hotmail et Outlook.com.

Le premier, en service depuis 1996*, aura tiré sa révérence d’ici l’été, sans échéance précise pour le moment (il est question d’un délai d’environ 6 mois).

Son successeur désigné, tout juste sorti de la phase de test, reprendra seul le flambeau, à l’appui d’un data center dédié et avec un potentiel de migration estimé à 290 millions d’utilisateurs, dont 14,5 millions en France, selon Médiamétrie.

Jusqu’alors facultative, la transition deviendra obligatoire pour continuer à utiliser le service de webmail de Microsoft.

Quelque 60 millions d’internautes – dont 20 millions de nouveaux inscrits – se seraient déjà exécutés depuis juillet 2012 et l’inauguration d’une première version bêta d’Outlook.com.

A la clé, un lifting sans précédent depuis plus de huit ans et la dernière mise à jour de Hotmail, qui perdait depuis lors du terrain en termes de commodité et d’ergonomie.

La donne change avec Outlook.com, qui adopte une présentation graphique inspirée de Windows 8 et son interface Modern UI, mais aussi de l’apparence de la suite bureautique Office 2013.

Un module de discussion instantanée, doublé d’une intégration poussée de Skype, fait une apparition remarquée, au même titre qu’un nouveau menu de raccourcis vers le calendrier, la liste de contacts et l’espace de stockage en ligne SkyDrive.

Avec son interface adaptée au contrôle tactile, Outlook.com devient même un centre d’action au sens large.

Interactif avec les comptes Google, il est connecté aux flux Facebook, aux fils Twitter et aux profils LinkedIn… non sans rappeler Gmail, dans le fond comme dans la forme.

Microsoft s’aventure également sur le terrain de la confidentialité, évoque des publicités ciblées discrètes (cantonnées à la colonne de droite, d’une taille réduite de 70%) et ne se réserve aucun droit de regard sur les conversations personnelles des utilisateurs.

Un système de tri automatique permettra tout de même de séparer les courriels ponctuels des envois massifs, typiquement des lettres d’information, des listes de diffusion ou des notifications émanant des réseaux sociaux.

Inscrit dans l’évolution des modes de consommation en phase avec la mobilité, le service est via un navigateur Internet, mais aussi sur les terminaux Windows Phone, Android et iOS (Exchange ActiveSync).

Au dernier pointage de ComScore, Microsoft est au coude-à-coude avec Google dans la guerre des webmails.

Mais la multiplication des solutions concurrentes, l’adoption croissante des réseaux sociaux et le regain de popularité des clients lourds (tout particulièrement Outlook) ont entraîné une baisse de régime généralisée pour les webmails.

* Microsoft a racheté Hotmail en 1998 pour 400 millions de dollars.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous incollable sur les tablettes ?

Crédit image : zhang kan – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur