HP va licencier massivement chez EDS en Europe

Cloud

HP va licencier 9330 salariés en Europe, sur les 24 600 prévus dans le monde. Près de 90% de ces licenciements européens toucheront d’abord EDS.

A la mi-septembre, HP avait annoncé que, suite au rachat en mai dernier de la société de services informatiques EDS, il allait supprimer 24 600 dans le monde, dont la moitié aux Etats-Unis. On en sait aujourd’hui un peu plus sur le nombre de licenciements prévus dans la région EMEA (Europe, Proche-Orient, Afrique) : 9 330 employés seront licenciés dans cette région d’ici trois ans. Cette annonce a été faite suite à la réunion du comité d’entreprise européen qui s’est tenu hier, 25 septembre à Londres.

Et c’est EDS qui paie le plus lourd tribut : il est ainsi prévu que 8400 postes soient supprimés au sein du groupe, ce qui représente près de 90% des licenciements annoncés en Europe. La répartition pays par pays sera annoncée dans le courant du mois d’octobre. Aucun chiffre vérifiable n’a été annoncé pour la France. Actuellement, 2500 employés travaillent au sein d’EDS France.

Les syndicats prêts à se lancer dans la bataille

Selon le syndicat Sud EDS France, “ce ne sont pas que les emplois en doublon qui seront visés : avec des masses comme celles qui sont annoncées, il va falloir tailler dans les “forces vives”. Quant à la CFTC, elle dénonce le concept de “salarié jetable”, et se montre déterminée “à utiliser tous les moyens d’action à (sa) disposition pour que les salariés des deux sociétés vivent cette fusion et ne la subissent pas”. Le syndicat estime que “les projets de licenciements en Europe liés au rachat d’EDS frapperont par ordre d’importance l’Angleterre, l’Italie, l’Allemagne et la France”.

Déjà, dans l’Hexagone, une précédente restructuration de Hewlett-Packard en 2005 avait déclenché un tollé et poussé l’Etat à intervenir au plus haut niveau. Rappelons que l’acquisition d’EDS coûtera à HP 1,7 milliard de dollars. Mais ce plan de restructuration devrait tout de même lui faire économiser 1,8 milliard de dollars par an. Grâce à ce rachat, HP compte bien devenir le numéro deux des SSII, derrière le leader IBM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur