HP victime de ratés sur ses serveurs K-Class

Cloud

Hewlett-Packard a vécu un quatrième trimestre désastreux suite à deux problèmes de production l’empêchant de livrer ses serveurs haut de gamme K-Class.

Hewlett-Packard aura vécu un enfer durant tout le mois de décembre, période durant laquelle aucun de ses serveurs de la gamme K-Class n’a été livré. La fourniture de ces machines, qui coûtent entre 100000 et 500000 dollars, a été stoppée net lorsque HP a réalisé qu’il n’avait pas commandé suffisamment de mémoires SRam à IBM, afin de répondre à la demande. En même temps, le constructeur a découvert dans une grosse usine de production à Puerto Rico que 1000 cartes systèmes échouaient aux tests de tolérance électrique. Même si la totalité des machines ne semblait pas concernée, un porte-parole de HP a expliqué que l’incident était assez grave pour exiger l’arrêt de la production, le temps d’éliminer les cartes défectueuses et d’introduire de nouvelles procédures de test. Ironie du sort, au moment où ces problèmes sont survenus, la demande des clients s’est soudainement fait plus forte.

L’étendue du manque à gagner n’est apparue que cette semaine, après la publication des prévisions de résultats financiers de HP. Selon les chiffres IDC pour l’Europe de l’Ouest, les parts de marché de HP ont baissé de moitié ce trimestre sur le marché des serveurs haut de gamme, commercialisés chacun à plus de 250000 dollars. La croissance des ventes aura perdu 43%, engendrant une augmentation annuelle du résultat de seulement +5,6% pour le secteur. Nick Earle, directeur marketing de HP, a indiqué que des commandes de clients avaient effectivement été perdues à cause du retard. Le comble c’est qu’HP ne peut affirmer qu’aucun modèle défectueux n’ait été livré. Toutefois, même dans ce cas, le constructeur affirme que les données des entreprises ne seraient pas altérées.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur