HP Z1 Workstation : mastoc, le monobloc

Mobilité
HP Z1 all-in-one monobloc

Forte d’une configuration musclée chapeautée d’un processeur Intel Xeon E3 hérité des serveurs, la station de travail HP Z1 rehausse le niveau de crédibilité des monoblocs en entreprise.

HP poursuit son entreprise de réhabilitation des monoblocs en milieu professionnel et intronise à cet effet une station de travail sobrement dénommée Z1. La simple référence aux processeurs Xeon, hérités des serveurs, laisse augurer d’un tout-en-un mastoc.

En chef de file, un écran IPS de 27 pouces offre une résolution maximale de 2560 x 1440 pixels, moyennant le concours d’une carte graphique optionnelle, en l’occurrence la Quadro Mobile de Nvidia, déclinée en quatre modèles dont HP revendique la commodité, tout particulièrement au chevet des économies d’énergie.

Il n’est guère de mystère quant à la stratégie, agressive s’il en est, du constructeur américain : jouer d’un condensé surpuissant pour aguicher des entreprises restées globalement hermétiques au concept, l’iMac excepté.

Qu’importe l’OS, Windows 7 Professional ou SUSE Linux Desktop, les desseins perdurent et avec eux, cette opération séduction qui impose une segmentation de l’offre, destinée à ratisser large, des PME aux grands comptes.

A cet égard, le seul haut de gamme enregistre l’implémentation de processeurs Xeon E3.

Aux antipodes, la configuration de base, parée pour s’afficher à 1899 dollars à compter du mois d’avril, s’articule autour d’un Core i3, double coeur, à 3,33 GHz pour 3 Mo de cache niveau 3.

L’extensibilité du stockage (trois baies S-ATA dont deux au format 2,5 pouces) et de la mémoire vive (8 slots, pour un maximum de 32 Go de RAM DDR3 à 1600 MHz) érigées comme ses porte-drapeau, l’évolutivité du dispositif laisse entrevoir une longévité pour ce produit.

Des aspirations que corrobore l’intégration de 3 emplacements miniPCIe et d’un PCI-Express à ouverture 16x. Dans la lignée de cette polyvalence affirmée, la richesse des interfaces externes diversifie d’autant les usages du Z1.

En témoignent ces 6 ports USB (deux à la norme SuperSpeed) additionnés d’un IEEE 1394a, d’un DisplayPort et d’un lecteur-graveur de disques optiques.

Quant à l’agrément logiciel, il tient pour tout ou partie au bon usage de l’utilitaire Performance Advisor, dédié à l’optimisation du système d’exploitation dans son ensemble.

HP confère à cet ensemble 3 ans de garantie avec intervention sur site, durée extensible de deux annuités sur simple demande.

Et les équipes de Meg Whitman d’invoquer une étude IDC publiée en novembre dernier, pour relever que 15,7% des PC (hors machines Apple) achetés en 2012 pourraient être des monoblocs acquis à la sédentarité, en qualité de postes fixes.

De ce même credo avaient résulté quelques escarmouches répétées au cours de l’année 2011. Dernier représentant en date de la furia all-in-one, le TouchSmart Elite 7320, muni d’un écran tactile de 21,5 pouces, faisait davantage de l’oeil aux PME.

Mais en dépit des efforts consentis à déployer une interface logicielle particulièrement adaptée au pointage digital, une telle conception de l’informatique d’entreprise peine encore à rentrer dans des moeurs empreintes d’une austérité qu’a fui le gros des fabricants.

monobloc HP Z1


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur