HTC embrasse le phénomène BYOD

Cloud
mobilite-travail-nomadisme-BYOD

HTC s’improvise médiateur du phénomène BYOD et concocte à l’adresse des DSI un environnement collaboratif ultra-sécurisé, articulé autour de l’interface Sense 4.

HTC prend à bras le corps l’épineux sujet du “Bring your own device” (BYOD).

Le fabricant taïwanais de smartphones  concocte, en partenariat avec IBM, un antidote dénommé HTCPRO.

La recette prétend apporter aux entreprises un éclairage quant au dilemme dont relève l’introduction de terminaux mobiles amenés par les collaborateurs de manière individuelle pour travailler au sein des entreprises.

Pour matérialiser le concept, un livre blanc de bonnes pratiques voit le jour en parallèle, sous l’égide d’un credo désormais propre au commun des éditeurs : allier à la sérénité des DSI la commodité d’usage pour le salarié.

Avec l’émergence soudaine des smartphones et des tablettes numériques, le travail à distance a pris tout son sens et adopté autant de nouvelles formes.

Une foule d’environnements d’exécution et d’applications collaboratives ont toutefois engendré une fragmentation qui induit des risques sécuritaires.

Comment garder le contrôle sur tous ces terminaux épars à bien des égards ?

Une redéfinition des politiques de sécurisation semble s’imposer alors que la consumérisation, vecteur de propagation virale, coûterait, selon Symantec, une moyenne de 247 000 dollars annuels aux entreprises.

L’éditeur de solutions de protection estime en outre que 70% des grands groupes se sont véritablement intéressés au phénomène en tentant de développer des outils adaptés à leurs usages.

HTC se propose d’adjoindre à ce socle logiciel un écosystème complémentaire avec en point d’orgue une interface Sense 4 retravaillée pour mettre en jeu divers aspects primordiaux.

En premier lieu, le cryptage des données sur la mémoire interne et la carte SD, en AES, doublé d’un service de VPN Cisco AnyConnect et d’une gestion centralisée des droits d’accès avec blocage arbitraire de certaines fonctionnalités.

Des composantes de MDM (Mobile Device Management) permettent par ailleurs la désactivation à distance en cas de perte ou de vol.

Reste à pénétrer la couche software, jusqu’au  navigateur Internet, principale source de contamination par la visite de sites malveillants.

Des applications à forte valeur ajoutée telles que Polycom RealPresence Mobile (vidéoconférence) et des outils de partage comme l’impression sans fil ou un agenda maison dit plus complet que celui de Google achèvent de composer un ensemble cohérent par lequel HTC se veut un pionnier en sa catégorie.

Crédit image : ©-blas-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur