HTC One : essai concluant pour ce smartphone Android

Mobilité
HTC One

Investi en haut de gamme sur le créneau de l’iPhone 5 d’Apple et du Galaxy S4 de Samsung, le HTC One a des arguments à faire valoir, selon Gizmodo. Tour d’horizon de cette opération séduction.

Prise en main idéale, puissance du processeur, qualité de l’écran, richesse de la connectivité, appareil photographique innovant, surcouche logicielle appréciable : Gizmodo se montre dithyrambique vis-à-vis du HTC One.

Sans rompre radicalement avec le modèle One X auquel il succède en tête de catalogue, ce nouveau porte-étendard du fabricant high-tech taïwanais apporte un différentiel technologique, aussi bien en termes de matériel qu’au niveau logiciel.

Le passage de témoin effectué à un an d’intervalle, la situation a évolué sur le marché des smartphones. Les références en haut de gamme se nomment désormais iPhone 5 (Apple), Galaxy S4 (Samsung), Nexus 4 (LG, pour le compte de Google) ou encore Xperia Z (Sony).

Investi sur ce segment avec une offre hardware alléchante (processeur quadricoeur Qualcomm Snapdragon 600, 2 Go de RAM, écran 4,7 pouces en Full HD 1080np, 32 ou 64 Go de mémoire interne), le One “n’a pas à rougir de la concurrence”, selon Gizmodo.

Quand bien même il n’embarque un modem LTE que dans sa version commercialisée outre-Atlantique, sa silhouette agréable fait mouche, au même titre que la robustesse de sa coque faite d’aluminium.

Son dos légèrement bombé facilite la prise en main sans alourdir démesurément le terminal : 130 grammes pour 8,9 mm d’épaisseur.

D’une résolution de 468 ppp, l’écran Super LCD 3 séduit, allié à la compatibilité MHL (Mobile High-Definition Link), qui gère le transfert de l’image et du son via l’interface USB.

Autre plus-value, la technologie Ultrapixel et ses capteurs ultrasensibles particulièrement performants en basse lumière, malgré un bémol quant à la relative faiblesse du contraste et critique la pauvreté du stabilisateur.

L’avis est bien plus univoque vis-à-vis de la surcouche Sense 5.0, qui propose une interface utilisateur “à la Windows Phone”. Illustration avec des widgets présentés sous la forme de tuiles interactives, par exemple pour l’agrégateur RSS BlinkFeed.

Passé l’écran de verrouillage personnalisable, l’appareil photo “est intuitif” dans ses commandes. En revanche, la navigation verticale perturbe et la grille d’applications, réduite par défaut à 3 x 4, occasionne une perte d’espace.

En outre, la mémoire interne (32 ou 64 Go) n’est pas extensible, à défaut d’un lecteur de cartes microSD. Une absence qui se généralise sur les smartphones, en phase avec l’adoption croissante du stockage en ligne “dans le cloud”.

Même déploration concernant l’autonomie de la batterie de 2300 mAh, “qui tient tout juste la journée […], très loin du [Motorola] RAZR Maxx HD [3300 mAh, ndlr]”.

HTC One

Image 1 of 4

Tout est dans la surcouche
L'innovation technologique se répercute aussi au niveau logiciel, avec la surcouche Sense 5.0, appliquée à Android 4.1 "Jelly Bean".

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les smartphones qui concurrencent l’iPhone ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur