HyperTransport : le bus d’AMD à 6,4 Go/s

Mobilité

AMD poursuit les développements de sa nouvelle architecture. Officiellement renommée HyperTransport, elle permettra aux différents composants de s’échanger des données jusqu’à 6,4 Go/s tout en restant compatible avec l’architecture actuelle et en intégrant les futures évolutions des bus. AMD souhaite en profiter pour fonder un consortium autour de l’HyperTransport et s’est déjà adjoint la collaboration d’une centaine d’industriels dont Sun, nVidia et ATI.

A l’occasion de la Platform Conference qui se déroulait le 13 février 2001 à Taipei (Taiwan), AMD a dévoilé le nom officiel de sa nouvelle technologie d’accélération de bus de données. HyperTransport succède ainsi à Lightning Data Transport (LDT), et devient le nom de code de la nouvelle architecture qui offrira une bande passante en entrée/sortie (I/O) jusqu’à 6,4 Go/s par connexion contre 266 Mo/s du bus PCI actuel (32 bits, 66 MHz), soit une capacité multipliée par 24. L’HyperTransport maintient la compatibilité avec l’actuelle architecture EV6 (développée par Digital Equipment) grâce à un échange de données modulable entre 2 et 32 bits. Sa capacité à intégrer d’autres bus – y compris l’InfiniBand d’Intel et le PCI-X (le futur remplaçant du PCI, voir édition du 12 décembre 2000) – le rend très évolutif. L’HyperTransport assurera bien sûr le multiprocessing, qui pourra être optimisé grâce à la NUMA (Non Uniform Memory Architecture) qui permettra de répartir physiquement la mémoire entre chaque processeur, évitant ainsi le partage d’une mémoire centralisée.

Une architecture qui pourrait s’étendre aux ordinateurs de bureau et aux consoles

AMD compte doter sa prochaine génération de processeurs, la famille Hammer prévue pour le premier semestre 2002, de l’HyperTransport. Destiné à l’origine aux serveurs et stations de travail, l’HyperTransport pourrait s’étendre aux ordinateurs de bureau ainsi qu’aux périphériques de réseaux et autres appareils communicants. Cette nouvelle architecture permettra aux constructeurs de donner de nouvelles caractéristiques à leurs matériels. Son application pourrait notamment s’avérer fructueuse dans le transport de données audiovisuelles, ainsi que dans le domaine des consoles de jeu. nVidia a laissé entendre que son MCP, qui introduit le constructeur de processeurs graphiques dans l’univers du chipset, s’appuierait sur l’architecture HyperTransport. Prévu pour septembre prochain, le MCP pourrait équiper la X-box, future console de jeu de Microsoft.

Un consortium pour unifier l’HyperTransport

L’HyperTransport est également l’occasion pour AMD de créer un consortium. Le fondeur de Sunnyvale a annoncé qu’une centaine d’acteurs de l’industrie informatique collaborent actuellement au projet. Avec l’adhésion notable de Sun, nVidia, Cisco Systems, Broadcom, sans oublier ATI. Officiellement, plus de 25 de ces sociétés ont déjà acquis une licence (libre de droit). Présenté pour la première fois en 1999, l’HyperTransport s’inscrit dans la tradition d’évolution des systèmes initiée par AMD avec le 3DNow! et poursuivie, plus récemment, avec la mémoire DDR et le chipset AMD-760 qui autorise le multiprocessing. En s’assurant la collaboration des principaux industriels du secteur, AMD promet un bel avenir à l’HyperTransport.

Pour en savoir plus : Une FAQ sur l’HyperTransport (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur