‘I love you’, suite et fin

Cloud

Microsoft vient de mettre en ligne sur son site américain le correctif pour Outlook concernant les fichiers joints. Désormais Outlook demandera une confirmation pour chaque fichier attaché au lieu de l’ouvrir automatiquement.

Trois semaines après l’arrivée du virus I Love You (voir édition du 9 mai 2000), Microsoft a enfin mis en ligne sur son site américain le correctif chargé de bloquer les fichiers joints. Désormais, pour chaque fichier présent dans un e-mail et présentant une extension exécutable (VBS, EXE, BAT), le programme demandera à l’utilisateur s’il souhaite l’ouvrir ou pas. De même, lorsqu’une application ou un script désirera accéder à la messagerie, Outlook vous en informera et vous demandera la marche à suivre. Ainsi, les virus cachés dans ces fichiers en attachement se retrouveront bloqués à l’entrée de votre messagerie et ne pourront aller plus loin dans votre système. Outlook sera néanmoins paramétrable pour ne pas rendre la vie impossible à certains utilisateurs recevant de nombreux courriers électroniques avec des fichiers attachés.

Il aura fallu trois semaines au géant de Redmond pour que ce correctif soit disponible. Ses dirigeants l’expliquent très simplement. Alexis Oger, chef de produits techniques chez Microsoft France, nous a donné ces trois raisons. “Pour qu’un produit soit au niveau de qualité que nous souhaitons obtenir, il faut passer par trois phases. La première, la phase de réflexion, a consisté dans ce cas précis à chercher à impliquer dans le correctif le moins de fonctions possibles. La deuxième fut la phase de développement de ce correctif. Enfin, nous avons procédé à une phase de test approfondie pour être sûr que ce correctif fonctionnait sans aucun problème”. D’où les trois semaines de travail pour arriver à ce patch, ni trop laxiste, ni trop contraignant. Quant aux futures menaces qui risquent de se poser à la communauté informatique, Alexis Oger les analyse simplement. “Tous les outils de communications pourront être attaqués. Pour l’instant, les personnes malveillantes s’attaquent aux produits et plate-formes Microsoft car ce sont les plus répandues sur le marché. Mais d’ici à prévoir les menaces de demain, nul ne peut savoir. Le seul point positif est que ces affaires auront provoqué une prise de conscience auprès de l’industrie et du grand public. C’est déjà un premier mouvement extrêmement positif”. Pour télécharger ce correctif, rendez vous sur le site de Microsoft.

Pour en savoir plus : Le correctif Outlook


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur