i2 espère renouer avec la croissance

Cloud

Après de mauvais résultats sur l’année 2001, i2 Technologie espère consolider son avance sur le marché de la gestion de la chaîne d’approvisionnement, mais aussi dans les deux secteurs de la gestion des relations fournisseurs et de la gestion de la relation client.

Fin de la dégringolade pour i2 Technologie ? C’est du moins ce que pense Olivier Faugère, le récemment nommé vice-président des ventes pour l’Europe du sud d’i2. La société qui s’était fait connaître avec des solutions de SCM (Supply Chain Management) a connu une année très difficile en 2001 notamment un deuxième et troisième trimestre très mauvais. Une année 2001 qui fut d’ailleurs pour l’ensemble de ce secteur peu propice à la croissance des années précédentes. Pour autant, la société croit voir la fin du tunnel avec déjà un quatrième trimestre en hausse de plus de 7 % par rapport au trimestre précédent.

Une “Webmethods” pour réduire les délais

Toutefois, si le secteur semble donner des indices de reprise, la demande a bel et bien changé. Selon Jean-Michel Vergne, directeur marketing pour l’Europe du Sud, les projets sont désormais plus petits et surtout, les clients souhaitent avoir des délais d’implémentation plus courts et un retour sur investissement sur le court terme. Afin de coller à la demande, i2 souhaite dès lors renforcer ses offres “Bundles”, visant à packager certaines de ses solutions pour réduire les temps d’implémentation. Sur un déploiement initial de 6 mois, i2 espère gagner jusqu’à 2 mois. Pour réaliser cette performance, la société s’est appuyée sur Webmethods. C’est dans cette vision que la plate-forme 5.2 (voir édition du 5 novembre 2001) devrait laisser la place cette année à une nouvelle version traduisant encore plus ce souci d’intégration. Ces offres “bundles” ont par ailleurs permis de réduire sensiblement les prix des licences.

Plus que jamais, i2 s’appuiera sur cette plate-forme afin de réunir désormais ses trois compétences. Positionné initialement dans le domaine du supply chain management (SCM), i2 avec cette plate-forme réunit les trois grands métiers nés de l’e-business, à savoir, outre le SCM, les métiers de la gestion de la relation client ainsi que les métiers de la relation avec les fournisseurs. “Five.Two” intègre en fait les deux sociétés récemment acquises par i2, Rightworks pour l’e-procurement et Aspect Development pour la gestion de contenu.

Moins monolithique que SAP

Si la société, forte des résultats publiés par le cabinet d’analyse AMR, estime avoir la première place dans le domaine du SCM, i2 se doit de garder une avance notamment avec de nouvelles compétences. La société s’est du coup penchée sur des offres très en amont, notamment avec la SRM (Supplier Relationship Management). La gestion des relations fournisseurs permet de rationaliser les interactions avec les fournisseurs, c’est-à-dire d’organiser toute collaboration avec les fournisseurs dans le cadre de l’approvisionnement ou d’un achat. Alors que le SCM permet à des entreprises d’optimiser et contrôler simultanément tous les processus de leur chaîne logistique. Autrement dit, i2 offre un large spectre de compétences qui lui permet, selon ses dirigeants, d’être plus compétitif que des sociétés comme SAP, d’abord positionnée comme éditeur d’ERP. L’idée est de proposer des fonctions beaucoup plus riches que celles des systèmes monolithiques qu’imposent les ERP.

i2 France compte actuellement quelque 50 clients avec notamment une trentaine de nouveaux clients acquis pendant l’année 2001. Pour l’année en cours, i2 annonce d’ores et déjà un important contrat avec Usinor. La France réalise 30 % du chiffre d’affaires réalisé en Europe. Au niveau monde, 44 % du chiffre d’affaires est réalisé en dehors des Etats-Unis. Pour l’année 2001, la société a réalisé 986 millions de dollars de chiffre d’affaires, soit une baisse de 12 % par rapport à l’année 2000. Toutefois, 2000 avait été marqué par un très important contrat avec Siemens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur