IBM déclare sa flamme à Firefox

Cloud

IBM a demandé à ses 400 000 salariés d’utiliser désormais Firefox comme navigateur par défaut. Il n’aurait que des avantages : “ouvert, sécurité et respectueux des standards”.

Même s’il reste encore le navigateur le plus plébiscité, avec une part de marché estimée à 60,3% (NetApplications – juin 2010), Internet Explorer ne fait pourtant pas l’unanimité.

Ainsi, IBM a décidé de faire ses adieux au navigateur de Microsoft pour accueillir son concurrent, éternel numéro deux sur le marché des butineurs : Firefox.

“Tout employé n’utilisant pas Firefox est fortement encouragé (…) à en faire son navigateur internet par défaut”, a déclaré, Bob Sutor, le vice-président open source et Linux d’IBM, sur son blog.

Big Blue prend aussi les choses en mains, puisque, automatiquement, tous les nouveaux ordinateurs fournis à ses 400 000 collaborateurs dans le monde intégreront  par défaut le navigateur de la Fondation Mozilla.

Pourquoi IBM a-t-il opéré un tel revirement, en mettant davantage en avant Firefox qu’Internet Explorer ? Bob Sutor répond clairement à cette question, en soulignant notamment que ce butineur est “le mètre-étalon de ce que devrait être un navigateur : ouvert, sécurisé et respectueux des standards”.

Selon lui, son développement est indépendant de toute logique commerciale.

En outre, Firefox “est compatible avec les standards du Web et interopérable avec les standards ouverts […]. Il dispose également d’une palette d’extensions permettant de personnaliser son navigateur”.

Microsoft ne se déclare pas pour autant vaincu, et voudrait frapper un grand coup avec le futur Internet Explorer 9, qui ne sera pourtant pas compatible avec Windows XP. IE9 devrait notamment mieux prendre en charge les standards du Web, comme le HTML5, et intégrer le format H.264 au détriment de la technologie Flash.

A lire également sur ITespresso.fr : Dossier : Navigateurs : le nouvel assaut


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur