IBM décuple les performances de son mainframe System z9

Cloud

Avec l’arrivée du moteur zIIP, IBM veut optimiser les traitements des applications de l’entreprise. Et prolonger la vie de ses gros systèmes.

IBM a annoncé le 26 janvier le lancement du z9 Integrated Information Processor (zIIP). Il s’agit d’un processeur spécialisé dans certains types de traitements et dédié, comme son nom le précise, aux mainframe System z9-109 qu’IBM commercialise depuis septembre 2005. Le zIIP nécessite le système d’exploitation z/OS 1.6 minimum.

Ce moteur à haute vélocité est particulièrement dédié aux traitements des données exploitées par les applications d’intelligence économique (BI), de gestion de relation client (CRM) et les progiciels de gestion intégrés (ERP). Des applications-clés des grandes entreprises qui tournent généralement sur des serveurs attenants.

Selon IBM, le traitement centralisé des données renforce la sécurité de l’entreprise. La centralisation des informations évite leur dispersion éventuelle et la multiplication des sauvegardes. Ce qui peut s’avérer très efficace en cas de besoin de restauration, d’audit ou plus généralement de contrôle des données.

Pour tirer pleinement parti du zIIP, il faudra attendre l’arrivée de DB2 pour z/OS version 8 attendue dans le courant de l’année. Le nouveau gestionnaire de base de données s’occupera de la répartition des tâches entre le processeur principal et le moteur spécialisé. IBM précise que ce processus n’implique aucune modification préalable au niveau des applications.

Un prix élevé

Le zIIP, qui est l’aboutissement de trois ans de développements entrepris par 5000 ingénieurs et 1,2 milliard de dollars d’investissement en recherche, sera commercialisé 125 000 dollars. Un prix élevé pour systèmes tout aussi onéreux mais dans la lignée des zAAP (zSeries Application Assist Processor) pour les eServer et IFL (Integrated Facility for Linux), deux autres processeurs spécialisés respectivement lancés en 2004 et 2001.

A travers les performances enrichies qu’ils apportent, ces moteurs additionnels visent à prolonger l’exploitation et la durée de vie des gros systèmes de plus en plus concurrencés par les serveurs sous architectures x86 comme les Xeon d’Intel et Opteron d’AMD. Ce qui évite aux entreprises concernées d’avoir à envisager une coûteuse et risquée migration de leur système informatique tout en disposant de solutions pour optimiser leurs performances.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur