IBM donne son indépendance à Eclipse

Cloud

Initiateur et financeur d’Eclipse, projet Open source de plate-forme de développement, IBM choisit d’en confier la destinée à des experts indépendants. Histoire de rallier encore plus d’éditeurs à ce projet.

Mené sous l’égide d’IBM, le projet Eclipse de réalisation en Open source d’un environnement de développement Java va se doter d’une nouvelle organisation dont la principale caractéristique sera précisément de réduire la domination d’IBM. Objectif : susciter l’adhésion à Eclipse d’un nombre encore plus grand de spécialistes des outils de développement Java, à commencer par Sun Microsystems – qui mène de son côté son propre projet de plate-forme de développement Open source nommé NetBeans – ou encore BEA Systems. Reste toutefois à trouver une dénomination plus compatible avec une éventuelle implication de Sun ! Bien que dominé par IBM, qui y a investi 40 millions de dollars, Eclipse n’en a pas moins rassemblé 47 fournisseurs informatiques parmi lesquels Oracle, HP, Sybase ou encore Borland. Concrètement, la nouvelle organisation, qui sera opérationnelle en décembre, consiste à confier la gestion au jour le jour du projet, actuellement assumée par IBM, à une équipe d’experts indépendants.

Une plate-forme fédératrice

Dès le lancement d’Eclipse fin 2001, Sun déclarait son hostilité, arguant notamment que cette plate-forme utilise une API non standard appelée SWT (Standard Widget Toolkit) pour construire les composants graphiques des applications Java, et non AWT (Abstract Windowing Toolkit) et Swing, risquant de mettre à mal la philosophie de Java, à savoir que le code doit être exécutable indépendamment de la plate-forme matérielle et du système d’exploitation sous-jacent. Mais depuis, des passerelles techniques ont été développées entre d’une part SWT et de l’autre AWT et Swing, amenant les dirigeants de Sun Microsystems à considérer une éventuelle adhésion. Le succès d’Eclipse auprès de la communauté des développeurs Java les y conduit également, d’autant plus que le projet NetBeans semble moins convaincre ces derniers. Le succès d’Eclipse tient dans la philosophie qui a présidé à sa conception : réaliser moins une plate-forme de développement Java qu’une plate-forme d’intégration des différents outils de développement. Eclipse est donc un socle sur lequel éditeurs et développeurs Open source sont invités à ajouter sous forme de plug-ins de nouvelles fonctionnalités : conception UML, éditeurs pour langages comme XML ou Cobol? Déjà plus de 250 plug-ins sont disponibles. Avec Eclipse, les développeurs disposent donc d’une plate-forme les aidant à mettre au point des architectures très éclatées.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur