IBM fait du prosélytisme pour Linux

Mobilité

IBM lance une suite de services et d’options d’assistance pour Linux sur ses systèmes S/390. Et veut répondre à la demande croissante pour le système d’exploitation libre. Mais, pendant qu’IBM intègre Linux dans ses ‘mainframes’, le Gartner Group déclare que ce système à la mode n’est pas prêt pour les gros serveurs.

Au moment où IBM parie sur un nombre de plus en plus grand d’utilisateurs qui se tourneront vers Linux pour leurs applications critiques, et annonce des logiciels et des services Linux sur son serveur d’entreprise S/390, le Gartner Group estime que la technologie Linux et son marché ne sont pas assez mûrs pour fonctionner sur les serveurs haute performance ! Principal reproche : Linux manque de “ités”… Selon le Gartner Group, l’évolutivité, la disponibilité, la sécurité et la “manageabilité” des serveurs haute performance (des plates-formes de Sun Microsystems, IBM, Hewlett-Packard, Compaq Computer, Unisys et d’autres encore) sont des facteurs différenciateurs dans la compétition économique. Et, sans l’intérêt des constructeurs pour transférer ces qualités sur le marché de Linux, elles n’émergent que de façon sporadiques.

Selon le Gartner Group, la réticence concernant Linux vient de la nature même du mouvement de l’open-source. D’après le cabinet de consultants américain, les grands constructeurs craignent un retour sur investissement faible sur un marché pas réellement éprouvé. Ces acteurs ne voudraient pas affaiblir la position de leurs produits en offrant des alternatives moins coûteuses. Du moins, pas tant que le marché n’est pas clairement différencié et, que Linux n’apporte aucun avantage particulier à leurs modèles économiques. Jusqu’à présent, Linux a donc été relégué aux déploiements d’applications Web mineures… Conclusion du Gartner ? Le cycle apathique ? “attendons de voir” ? sur le marché de Linux réclame que les grands acteurs propulsent le système d’exploitation libre au premier rang comme une alternative viable et concurrentielle des plates-formes serveurs existantes.

IBM veut être parmi les premiers à jouer la carte de l’ouverture. Aussi, Linux pour S/390 vise à permettre aux utilisateurs de choisir librement le système d’exploitation, les middleware et les langages de programmation qui conviennent le mieux à leurs applications critiques. Selon IBM, la plupart des éditeurs de logiciels tels que BMC et Software AG soutiennent l’initiative en développant des applications destinées à Linux pour S/390. La solution Linux pour S/390 est distribuée par SuSE et TurboLinux en partenariat avec IBM Global Services. Ce dernier propose des services et une assistance complète pour Linux sur le serveur S/390. Cette solution intègre aussi des logiciels “middleware” d’IBM pour porter et intégrer les applications critiques et les données sur un éventail de systèmes. Les applications critiques peuvent continuer à utiliser l’OS/390 et les nouvelles applications tourner sous Linux pour S/390 en même temps et sur le même serveur. De plus, le nouveau logiciel DB2 Connect Middleware permettra aux applications fonctionnant sous Linux d’accéder et d’utiliser les données de la base de données DB2 Universal Database fonctionnant sous OS/390. Le plan de support de Linux inclut le serveur d’application Websphere avec le support de Java 2. Et un client de gestion de stockage pour Linux sur S/390. Les préversions de la plupart des logiciels devraient être disponibles à l’autonome.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur