IBM, HP, Dell et Sun fêtent Linux World

Cloud

A Linux World, les géants de l’informatique se sont faits les porte-drapeau de Linux. Parmi les plus ardents supporters du système d’exploitation libre, IBM, HP, Dell et Sun ont rivalisé d’annonces. Objectif commun : doper l’adoption de l’open-source.

La pléthore d’annonces comme l’affluence du public à Linux World Expo, qui s’est déroulée les 16, 17 et 18 août à San Jose en Californie, laissent penser aux observateurs que Linux entre dans une ère de maturité. Parmi les partisans du système d’exploitation libre, des plus grands, comme IBM, Hewlett-Packard, Dell ou Sun, aux plus jeunes comme la start-up Linux NetworX, tous ont profité de la tribune pour encourager les entreprises à adopter l’open-source.

Il y a plus de deux ans de cela, Linux était encore un projet de recherche. Et l’année dernière, selon les analystes d’IDC, Linux est devenu le second système d’exploitation le plus connu derrière Windows NT, emportant presque un quart des parts de marché avec 1,3 millions de distributions livrées. Aujourd’hui ? “Linux commence à évoluer en tant que système complet,” affirme Bill Gleason, directeur système de Rampt.com, une entreprise basée à Los Angeles qui réalise un moteur de recherche spécialisé dans les contenus multimédias. Cet utilisateur de Linux précise qu’il est venu à Linux World pour trouver des solutions de “clustering”. Et ajoute :“C’est bien de voir les grands constructeurs s’engager davantage dans ces développement”, citant les “stratégies Linux” récemment annoncées par Dell, Intel, IBM et Compaq. “Plus ces acteurs s’engagent avec Linux, en amenant leurs solutions propriétaires de clustering au système d’exploitation, plus il devient stable.”

Ainsi, Hewlett-Packard expose une version de son outil MC/ ServiceGuard pour Linux. Disponible à l’origine pour les serveurs Unix d’HP, MC/ServiceGuard peut contrôler “pro-activement” le système d’exploitation et la santé de l’équipement hardware des noeuds individuels dans un cluster Linux. Et peut aussi être configuré pour déclencher des alertes avant que des pannes de serveurs ne surviennent.

De son côté, Linux NetworX annonce ce qu’il présente comme le premier cluster monté verticalement de serveurs Linux. Son produit Evolocity supporterait plus de 25 noeuds Intel ou noeuds Alpha basés sur Linux, en optimisant la ventilation de l’air autour des noeuds individuels. Le cluster est géré par ClusterWorX software pour agir comme un serveur unique sur un réseau.

IBM annonce son package hardware-logiciel de cluster pour les systèmes haute-disponibilité Linux. La gamme d’IBM pour Clusters Linux inclut les serveurs Netfinity fonctionnant sous le logiciel “Linux Utility pour Clusters” qui contrôle de multiples serveurs comme un seul noeud logique. Ce package comprend des interfaces serveur haute-vitesse de Myricom et des commutateurs Ethernet d’Extreme Networks pour connecter le cluster à un réseau local. Le package va jusqu’à 64 noeuds et supporte les distributions Caldera, Red Hat, SuSE et TurboLinux. IBM précise que ses clusters sont disponibles à partir de 115 000 dollars soit près de 850 000 F HT.

Parmi les entreprises annonçant faire du clustering Linux, on trouve aussi Silicon Graphics avec son logiciel Iris FailSave pour Linux; Mission Critical Linux avec Convolo Cluster et SuSE qui présente la version 7 de SuSE Linux Professional Edition.

Alors que les produits de clustering Linux abondent, Brandon Allgood, administrateur système, remarque : “Un grand nombre d’acteurs affirme faire des clusters pour Linux, mais ils fournissent en fait des serveurs pour la tolérance de panne,” ajoutant qu’il a besoin d’un cluster Linux qui agit comme un système logique unique où les applications et les processus informatiques sont distribués au travers des noeuds du cluster.

Par ailleurs, Dell note que 10% de ses serveurs sont livrés avec le support de Linux et qu’il appuiera de tout son poids le système d’exploitation pour inciter les constructeurs à développer davantage de périphériques et de composants Linux, même si le texan n’a pas l’intention de jouer la carte du “tout Linux” (voir édition du 17 août 2000)

Outre les technologies de clustering, les acteurs du secteur annoncent des produits et des partenariats. Tels Veritas et Cobalt Networks qui dévoilent un accord selon lequel Veritas livrera ses solutions de back-up et de restauration de données Net Backup et le serveur Backup Exec avec les dispositifs serveurs RaQ3 et RaQ4 de Cobalt. Ou encore Eazel et Helix Code qui lancent leurs nouveaux desktops Gnome (voir édition du 16 août 2000), l’outil de développement d’interface basé sur Linux. Eazel et Helix Code rejoignent d’ailleurs Sun, Compaq, IBM, Red Hat, TurboLinux au sein de la fondation Gnome qui ambitionne d’unifier les desktops d’Unix et de Linux avec l’interface Gnome. Et Sun et HP déclarent qu’ils livreront l’année prochaine Gnome comme environnement par défaut pour leurs systèmes d’exploitation respectifs : Solaris et HP-UX Unix. Enfin, Compaq annonce qu’il offrira bientôt Linux sur ses machines, les modèles thin-client et iPaq. L’entreprise pré-téléchargera aussi la dernière version de Red Hat Linux, 7.0 sur ses ProLiant ML3300 et ses serveurs DL360 dès cette année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur