IBM, Infineon et Macromix veulent concurrencer la mémoire Flash

Cloud

De plus en plus d’entreprises se penchent sur la mémoire à changement de phase qui offrirait de meilleures performances par rapport à la Flash. Mais pas avant 2010.

L’américain IBM, l’allemand Infineon et le chinois Macromix annoncent aujourd’hui unir leurs efforts de recherche sur la mémoire de type Phase Change Memory (PCM). Entre 20 et 25 personnes des trois sociétés seront affectées à ce projet qui se déroulera aux Etats-Unis dans les locaux d’IBM. Le montant des investissements mis en jeu n’a pas été communiqué.

PCM est une technologie récente qui consiste à stocker les données par un système de changement d’état plutôt que de passer par un jeu de charges électriques. Un matériau spécial passe d’un état amorphe à une structure cristalline. Ce nouveau type de mémoire présente l’avantage de garder un accès aux données même sans alimentation électrique continue. Ce qui pourrait en faire l’égale de la mémoire Flash qui occupe la quasi-totalité des cartes mémoires pour appareils mobiles et boîtiers photo numériques. A la différence que la mémoire PCM offrirait de meilleures performances en stockage de grandes densités, ainsi qu’en vitesse de lecture comme d’écriture.

Les entreprises citées ne sont pas les premières à s’intéresser à la PCM. Philips, Elpida Memory et STMicr?lectronics ont déjà avancé sur le sujet de leur côté. IBM estime cependant ne pas avoir de retard et prévoit la percée sur le marché de la PCM aux alentours de 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur