IBM : la première vague de licenciements de l’année est en marche

LicenciementsManagement
ibm-licenciement

Selon plusieurs sources, IBM aurait commencé à initier une vague de licenciements, notamment aux Etats-Unis et au Canada.

S’il est évidemment trop tôt pour se faire une idée de leur ampleur – rappelons qu’un blogueur de Forbes a annoncé une coupe claire touchant 26 % des effectifs dans le monde -, les premiers licenciements semblent bien avoir démarré chez IBM.

Le site Alliance@IBM, monté par d’anciens salariés de la firme pour défendre les droits des salariés de la multinationale, fait état de nombreux témoignages de personnes expliquant – anonymement – avoir été licenciées. Soit, en jargon IBM, RA (pour Resource Action).

Alliance@IBM explique avoir reçu des informations lui indiquant qu’un plan de licenciements massif a démarré le 28 janvier aux États-Unis et au Canada. Une restructuration serait déjà en cours en Australie (la presse australienne parle de 400 suppressions de postes).

« Nous ne savons pas combien d’emplois seront concernés mais cela pourrait être des milliers », indique le syndicat.

Dans un nouveau billet, Robert Cringely, le blogueur qui a affirmé qu’IBM allait se séparer d’un bon quart de ses salariés, explique que cet allégement brutal des effectifs relèvera d’un ensemble de techniques, et non d’un unique plan de licenciements massif.

Et de préciser, citant une source chez IBM, que l’entreprise utilise également les programmes de préretraite et son système de notation interne PBC (déjà très décrié) pour pousser des employés vers la sortie.

« Ce qui compte c’est le nombre de personnes qui ne seront plus payées par IBM au 1er mars, comparé à la situation actuelle », résume Robert Cringely.

Il faudra aussi prendre en compte les réductions massives d’effectifs offshore, note Silicon.fr. Selon le quotidien indien The Economic Times, IBM va ramener ses effectifs sur le sous-continent à environ 100 000 personnes en mars, à comparer à 165 000 employés en 2011.

Lundi dernier, IBM avait démenti préparer le plus grand plan de licenciements de son histoire (26 % des effectifs correspondant à environ 110 000 personnes), tout en reconnaissant être en train de supprimer « quelques milliers » d’emplois, correspondant à 600 millions de dollars que la société vient de provisionner.

Selon un analyste cité par Reuters, au cours des 7 dernières années, IBM a provisionné sur chaque exercice entre 450 millions et 1,5 milliard de dollars de charge de restructuration, soit entre 6 500 et 21 500 réductions de postes par an.

Fin 2013, la multinationale employait 431 000 personnes. La firme n’a pas encore dévoilé le total de ses effectifs en fin d’année dernière.

 

Crédit image : Andrey_Popov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur