IBM veut rendre la navigation Web plus accessible aux handicapés

Cloud

Le constructeur s’appuiera sur Firefox pour tenter de soulager plus de 750 millions de personnes dans le monde.

IBM vient d’annoncer qu’il va contribuer au développement de Firefox, le navigateur de la fondation Mozilla désormais téléchargé plus de 80 millions de fois. IBM veut notamment rendre le logiciel plus accessible aux handicapés moteurs et visuels. Dans un premier temps, le constructeur développera des services qui permettront d’automatiser l’agrandissement ou la narration d’une page Web, tout en cherchant à simplifier la navigation au clavier plus adaptée qu’à la souris pour certaines populations d’utilisateurs.

Parallèlement, IBM contribue à l’implémentation du Dynamic HTML (DHTML) dans la prochaine version 1.5 de Firefox. A l’origine développé au sein du W3C, l’organisme de standardisation des technologies du Web, le DHTML permet d’animer et de rendre interactive une simple page Web. IBM propose d’exploiter cette technologie à l’intention des développeurs de façon à générer une nouvelle classe d’applications Web enrichies (Rich Internet Applications ou RIA) particulièrement adaptées aux déficients moteurs et visuels.

Plus de 750 millions de personnes concernées

Ces contributions interviennent à la fois dans le cadre de l’initiative d’accessibilité du Web (Web Accessibility Initiative) du W3C et comme preuve de l’engagement d’IBM dans les développements open source. De plus, le marché pour ce type d’applications est loin, hélas, d’être négligeable. Selon l’Organisation mondiale de la santé, entre 750 millions et un milliard de personnes dans le monde souffrent d’un handicap moteur, auditif ou visuel, ou encore de difficultés de langage. Rien qu’aux Etats-Unis, un quart de la population aura plus de 55 ans en 2008. Et les deux tiers des plus de 65 ans rencontreront des difficultés d’autonomie.

Firefox : utilisation en baisse
Selon la société de mesure d’audience en ligne NetApplications.com, Firefox aurait perdu du terrain face à Internet Explorer en juillet. Le navigateur alternatif occuperait 8,07 % du marché contre 8,71 % en juin. Une petite baisse de régime qui profite à Internet Explorer de Microsoft qui retrouve 87,2 % de part de marché en juillet contre 86,56 % en juin. Effet IE 7 Beta ou bien lassitude des fidèles? Difficile de dire si cette petite baisse de régime est négligeable ou si elle est le signe avant-coureur d’une perte de confiance des utilisateurs. Cependant, c’est la première fois que NetApplications.com, qui s’appuie sur son outil de mesure Hitslink.com associé à 40 000 sites Web pour réaliser ses statistiques, constate une inversion de tendance de la part du navigateur au panda rouge.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur