IBM veut se débarrasser de Global Network

Cloud

Big Blue qui recherche un repreneur de taille moyenne a fixé la date butoir du premier trimestre 1999.

IBM est bien décidé à revendre son infrastructure réseaux, Global Network, avant la fin du premier trimestre 1999. Le constructeur se dit à la fois pressé et soucieux de trouver un repreneur “convenable”. Il est actuellement en négociation avec plusieurs sociétés (British Telecom, Cable&Wireless et Global One, UUNet, Bell Atlantic, Qwest et Equant) et espère pouvoir tirer 2 à 3 milliards de dollars (12 à 18 milliards de francs) de la vente. Pour David Neil, vice-président européen du Groupe Gartner, “IBM doit choisir un bon repreneur car beaucoup de clients de Global Network sont aussi des clients d’IBM. Si le repreneur est un petit opérateur ou un fournisseur d’accès quelconque, ils seront déçus. D’un autre côté, il ne s’agira pas forcément non plus d’un géant des télécoms car l’approbation des organismes de régulation ne serait pas évidente. Tout ça laisse supposer que ce sera un acteur de taille moyenne qui sera choisi.”

La division Global Network, intégrée au pôle services d’IBM et qui emploie environ 6000 personnes dans le monde, est considérée comme très rentable. Elle génère un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 2 milliards de dollars mais IBM dépense 200 millions de dollars (1,2 milliard de francs) par an pour mettre à jour ses équipements et rester compatible avec les principaux opérateurs. Les sociétés clientes s’adressent à Global Network pour connecter des employés à l’Internet ou mettre en place des services de téléphonie. Un secteur d’activité où la concurrence fait rage et où IBM se retrouve confronté à des alliances telles que celles nouées par AT&T et British Telecom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur