IBM : Watson colle les étudiants du MIT et de Harvard

Big dataCloudData-stockage

Après avoir battu les meilleurs joueurs de Jeopardy, le super-ordinateur Watson a défié les étudiants du MIT et de Harvard. Un prétexte pour évoquer un domaine dans lequel IBM excelle : les technologies avancées d’analyses de données.

IBM a organisé un symposium présentant son supercalculateur Watson aux étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de Harvard.

Point d’orgue de l’évènement : une session de Jeopardy (un jeu télévisé américain testant la culture générale des candidats) entre le super-ordinateur et deux équipes représentant les établissements d’enseignement de renom.

Watson a battu les deux équipes universitaires avec un gain final de 53 601 dollars, suivi par Harvard (qui affiche un score à 42 399 dollars) et par le MIT en dernier (avec seulement 100 dollars suite à la perte d’un pari risqué).

La victoire de la super machine était prévisible. En février dernier, Watson avait déjà remporté le tournoi organisé avec les deux plus grands champions américains de Jeopardy.

Ken Jennings (recordman du nombre de victoires d’affilée à ce jeu, et plus riche gagnant de jeux télévisuels aux États-Unis) et Brad Rutter (record de la plus grosse somme gagnée à Jeopardy, et deuxième plus gros gagnant tous jeux TV confondus) avaient obtenu moins du tiers du score de l’ordinateur.

Mais l’objectif de l’évènement était surtout de parler du rôle grandissant des technologies avancées d’analyses de données, comme le souligne eWeek UK.

Watson est déjà en mesure de comprendre le sens et le contexte du langage humain, d’analyser les données en volume et d’établir des relations entre elles.

Il a également la capacité de parcourir “l’équivalent d’un million de livre, ou à peu près 200 millions de pages de données, pour proposer une réponse instantanée à une question qui lui est posée“.

Les nouveaux entrants sur le marché du travail devront apprivoiser ces technologies associées à leurs talents d’entrepreneurs.

Ainsi, dans le domaine de la finance, une technologie similaire à Watson permettrait de découvrir des modèles cachés, et déterminer plus précisément les évolutions du marché.

De quoi faciliter la couverture des risques et l’identification de nouvelles opportunités pour les futurs dirigeants des grandes entreprises qui sauront se servir de ces technologies.

Outre la finance, les applications couvrent un champ gigantesque, allant de la santé aux sciences de la vie, en passant par la gestion du savoir en entreprise, et tout autre domaine traitant des gros volumes de données non structurées (big data).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur