iCab passe la seconde vitesse

Cloud
Information - news

Le navigateur alternatif pour Mac arrive en version 2.0, mais son développement n’est pas achevé pour autant.

Le taxi du Web, mieux connu sous le nom iCab, arrive sous une nouvelle version toujours aussi légère à télécharger (environ 1 Mo). Si elle n’est guère révolutionnaire, elle apporte quelques améliorations, en plus de réparer quelques bogues. Par exemple, les signets rangés dans le menu Hotlist peuvent dorénavant être sauvegardés au format HTML, tout comme les fichiers du répertoire History. Il devient donc facile d’échanger les adresses de ses sites favoris avec d’autres internautes. Signalons au passage que l’on peut importer les signets de Netscape et d’Internet Explorer, ce qui est franchement pratique. Autre point, iCab a désormais la possibilité de reprendre automatiquement le téléchargement interrompu d’une page.

L’application a adopté en début d’année les extensions QuickTime ou Flash pour afficher la vidéo d’une bande-annonce ou une animation de présentation. Certes, il lui manque le support complet du langage JavaScript (voir édition du 9 février 2000). D’ici l’arrivée de la version finale, les développeurs d’iCab devraient combler ce défaut. Ce dernier n’a été revu que partiellement avec iCab 2.0.

D’ici quelques mois, la mouture finale sera commercialisée au prix de 29 dollars (environ 180 francs). Une version gratuite d’iCab, mais moins étoffée, sera disponible en téléchargement. Elle devra jouer des coudes avec Internet Explorer et un Netscape Navigator en plein renouveau, avec la refonte intégrale liée à sa sixième version (voir édition du 6 avril 2000).

La configuration minimale demande Mac OS 7.5 ou supérieur et au moins 4 Mo de mémoire vive disponible.

Pour en savoir plus : iCab 2.0


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur