iChat et iSight : poudre aux yeux ou blockbuster ?

Mobilité

Apple se moque-t-elle de son public quand elle propose au téléchargement son logiciel de vidéoconférence ? Loin d’être le premier sur le marché, iChat AV s’avère surtout incompatible avec les solutions concurrentes déjà disponibles. En plus, l’utilisation de Firewire pour les caméras limite singulièrement le choix. Après cette version bêta, les responsables assurent quand même qu’une évolution interviendra avec le temps.

“Nous avons voulu fournir une version bêta de notre logiciel fonctionnant déjà correctement sur Macintosh. Il ne s’agit que d’un premier jet qui évoluera avec le temps.” C’est en substance ce que Chris Bourdon, le chef produit Panther International d’Apple répondait à l’interrogation que n’a pas manqué de susciter iChat AV quant à sa compatibilité. Cette nouvelle version de l’application de messagerie instantanée (voir édition du 13 mai 2003) s’avère surtout utilisable avec la base installée la plus importante de clients de messagerie : AOL Instant Messenger, forte de 150 millions de membres ! Mais l’accès à cette base d’utilisateurs n’est possible que pour le chat ! Pour ce qui est de l’AV (pour Audio Vidéo), inutile de penser pouvoir se connecter à un client compatible NetMeeting, l’un des standards du marché : seules les connexions de Mac à Mac sont possibles. Dommage. Et les conditions de l’utilisation d’iChat AV ne sont pas limitées à ce seul détail : le logiciel ne fonctionne, selon Apple, qu’avec des caméras dotées d’un port FireWire. C’est le cas des caméscopes numériques DV et des webcams FireWire encore peu répandues pour le moment et surtout un rien plus chères que les modèles USB qui équipent déjà la plupart des chatteurs sur la Toile. Les versions FireWire sont en effet vendues autour de 160 à 200 euros, quand leurs consoeurs USB oscillent entre 80 et 110 euros. Reste que ces dernières ne disposent pas de pilotes compatibles Mac OS X, hormis Logitech qui propose depuis peu des drivers pour l’Unix d’Apple. Pour les autres, il faut utiliser des pilotes universels disponibles sur le Net et souvent payants. Autre point à ne pas négliger, le fait qu’iChat soit annoncé comme une application payante (hors de l’achat de Panther ?) à partir du premier janvier 2004.

Une des webcams les plus évoluées du marché

Faut-il comprendre et accepter cette nouvelle tactique d’Apple pour vendre plus de ses créations logicielles et matérielles  ? Car le lever de rideau sur iChat a surtout permis, lors de la dernière WWDC, l’introduction d’iSight, une caméra FireWire estampillée de la Pomme. iSight s’avère, pour 170 euros, une des webcams les plus évoluées du marché pour l’instant : capteur CCD offrant une résolution de 640×480 (de quoi faire de la visioconférence plein écran, avec une qualité correcte, voire bonne, sur la plupart des ordinateurs), processeur d’images intégré permettant d’obtenir 30 images par seconde, microphones, système d’ancrage simple et efficace, intégration transparente avec iChat (du type “branchez, ça marche”), autofocus? Le périphérique se présente comme une petite merveille de légèreté et de haute technologie ! Il serait fabriqué par le taiwanais Ability Enterprise, selon nos confrères de DigiTimes. Derrière la caméra se cache surtout la version AV d’iChat et la technologie QuickTime d’Apple. iChat a en effet été remodelé très élégamment pour intégrer les flux audio et vidéo. Il devient ainsi possible de faire de la téléphonie sur IP aussi simplement qu’il était possible de faire de la messagerie instantanée ! Le tout avec un simple modem 56 kbits/s ! Une gageure alors que les solutions sur Mac s’avèrent difficiles à utiliser sans complications (voir édition du 12 juin 2003). Idem pour la vidéoconférence : lancez iChat, laissez-le se connecter au service, sélectionnez votre correspondant en ligne, appelez et attendez qu’il accepte la communication ; boum, ça marche ! Aucun paramétrage spécifique ! Une nécessité : disposer de l’Internet à haut débit. Surtout, l’application repère automatiquement tous les utilisateurs connectés sur un réseau local grâce à Rendezvous ! Une fonctionnalité plus qu’utile sur un réseau d’entreprise. Car iChat se présente sans doute surtout comme un des meilleurs outils de visioconférence pour les entreprises du marché. “Et pour les particuliers, nous pensons que cela va révolutionner leur approche de la vidéoconférence”, nous a glissé à l’oreille un responsable Apple. “Vous avez déjà essayé les solutions précédentes ? Comme tout le monde : vous les aurez essayées trois fois, pas plus” !

Reste la philosophie de la firme sur cette technologie : Apple met en avant sa volonté de fournir la meilleure expérience utilisateur possible. De là, ses choix concernant la technologie FireWire, l’ubiquité de la connectivité d’iChat (pas de paramétrage requis, seul le nom de chatteur), l’utilisation de standards (SIP, RTP, comme le suggère le site instantmessaginplanet.com)? iChat ne fonctionne donc que sur une des dernières versions de Mac OS X (à partir de la 10.2.5) et sur un G3 fonctionnant au moins à 600 MHz (pour la vidéo). Des conditions qui excluent l’utilisation de “vieilles” technologies (caméra USB) et de vieux ordinateurs ! De quoi se demander si Apple ne cherche pas à forcer la main de ses clients pour les amener à adopter de nouvelles machines. De la médisance, diront certains, qui ne doutent pas, ainsi que Steve Jobs l’a indiqué lors de son discours de lancement, qu’à partir du moment où “d’autres copieront ce que nous faisons, nous nous aventurerons à fonctionner avec eux et à faire que cela marche”. Alors ? La concurrence rendra-t-elle iChat plus compatible ?

(Article mis à jour le 1er juillet 2003)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur