IFA 2006 : la douane allemande confisque les baladeurs numériques de SanDisk

Mobilité

La société italienne Sisvel accuse SanDisk de violation de brevets liés au
format MP3 dans le cadre de l’exploitation de ses modèles Sensa.

La carrière du baladeur numérique Sensa de SanDisk (voir édition du 4 septembre 2006) risque de ne pas faire long feu en Europe. Sur injonction judiciaire obtenue par la société italienne Sisvel (Societa Italiana per lo Sviluppo Dell’ Elettronica), la douane allemande a saisi, lundi 4 septembre 2006, tous les lecteurs multimédia exposés sur le stand du constructeur présent sur l’IFA 2006, le salon de l’électronique grand public de Berlin qui va fermer ses portes mercredi.

Spécialisée dans les brevets des technologies numériques audiovisuelles, Sisvel accuse le fabricant de mémoires flash de ne pas s’être acquitté des licences indispensables à la lecture des fichiers MP3. Selon les informations diffusées sur BBC News, Sisvel prétend défendre les intérêts de ses 600 clients ayant acquis des licences légales. Il estime que SanDisk pourrait profiter de cette situation pour gagner des parts de marché en Europe. Quitte à passer outre les coûts d’acquisition des licences d’exploitation.

Il est vrai que les modèles 1 et 2 Go de la gamme Sensa C200 fabriqués par SanDisk seront commercialisés moins de 100 euros. Des prix attractifs pour un baladeur numérique comparés à l’iPod Nano d’Apple commercialisé à partir de 159 euros.

De son côté, SanDisk réfute les accusations de Sisvel et déclare que la technologie utilisée pour la lecture des fichiers MP3 est complètement différente de celle qui a été brevetée par Philips et d’autres acteurs (dont Thomson et France Télécom) dans les années 90. Toujours selon BBC News, SanDisk aurait même reçu le soutien d’un des développeurs du format MP3 qui confirmerait l’absence de violation de brevet. Sans citer son nom pour autant.

Le conflit entre SanDisk et Sisvel a commencé il y a plus d’un an. Selon un rapport trimestriel d’activité de SanDisk enregistré le 10 août 2006 par la Securities and Exchange Commission (SEC, le gendarme boursier aux Etats-Unis), le fabricant high-tech californien déclare que Sisvel a déjà initié une action en justice à son encontre aux Pays-Bas pour violation de trois brevets. En mars 2006, SanDisk répliquait auprès de la Haute Cour de Londres en poursuivant à son tour Sisvel ainsi que les autres détenteurs de brevets inhérents : Koninklijke Philips Electronics (aux Pays-Bas), France Télécom, Télédiffusion de France (en France) et l’Institut für Rundfunktechnik (en Allemagne). Le fabricant high-tech américain ne cesse de clamer que l’exploitation de ses technologies ne constitue pas une violation de brevets détenus par des tiers. Le procès est programmé pour mars 2007.

Les procédures judiciaires se sont ensuite étendues au territoire américain. Le 13 avril dernier, Audio MPEG, une filiale de Sisvel installée en Virginie, a déposé une plainte toujours à l’encontre de SanDisk. Réponse immédiate de l’intéressé le 20 avril demandant l’annulation du dépôt de plainte ou son transfert auprès d’un tribunal en Californie. Une requête non suivie d’effet à ce jour. Parallèlement, Sisvel a multiplié les dépôts de plaintes en Allemagne et aux Etats-Unis. Autant de procès en perspective qui n’ont pas empêché SanDisk de venir exposer ses baladeurs numériques sur le sol européen…malgré les risques encourus.

Enregistrement vidéo : SanDisk propose le V-Mate
A défaut de nouveaux baladeurs numériques à présenter, SanDisk pourra concentrer ses efforts sur un autre appareil multimédia : le V-Mate (Video Memory Card Recorder). Il s’agit d’un boîtier dédié à l’enregistrement de programmes audiovisuels à partir de sources diverses (décodeur TV, câble ou satellite, lecteur de DVD, magnétoscope…) sur cartes flash (SD, MMC, MMCplus, MMCmobile, SDHC, MiniSDHC, MicroSDHC, Memory Stick PRO, Memory Stick Duo et Memory Stick PRO Duo). Le contenu ainsi récupéré peut être transféré vers un appareil de lecture comme un PDA ou un téléphone mobile. Le V-Mate permet d’enregistrer jusqu’à 3h30 de vidéo (format standard et résolution 640 x 480) par gigaoctet. Son lancement est annoncé pour octobre 2006 autour de 135 euros.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur