Iliad-Free cherche ses marques pour conquérir T-Mobile US

BourseEntrepriseManagementNominationsRégulations
Iliad-Free-cherche-marques-conquérir-T-Mobile-US

Le groupe Iliad-Free maintient son offre sur T-Mobile US, qui est susceptible d’évoluer. La consolidation du marché des télécoms en France n’est pas “à l’ordre du jour”.

Bilan semestriel, consolidation avec Bouygues Telecom, T-Mobile US…L’actualité de Free est chargée. Mais le groupe de Xavier Niel est balloté en Bourse après la publication de ses résultats financiers semestriels. L’action de sa maison-mère Iliad, cotée sur l’Eurolist A d’Euronext Paris, a perdu 8,82% à la clôture de la Bourse lundi en fin de journée.

Si le chiffre d’affaires du groupe dépasse les 4 milliards d’euros (un objectif qui devait être atteint qu’en 2015), Free souffre du recul de son bénéfice net (-1,3%) à 139,9 millions d’euros. Free Mobile est à la fois une opportunité (l’activité pèse désormais 37% de son CA) et un poids lourd en raison des investissements réseaux à consentir (déploiement de la 4G).

La grande nouveauté estivale chez Iliad-Free (et c’est peut-être le plus déroutant pour les investisseurs), c’est l’offensive du groupe de Xavier Niel sur T-Mobile US, le quatrième opérateur mobile aux Etats-Unis.

Malgré une première offre repoussée par la maison-mère Deutsche Telekom, le groupe télécoms de Xavier Niel reste mobilisé. L’offre de rachat de T-Mobile US est “toujours valable” a fait savoir la direction d’Iliad-Free, lors de sa conférence de presse organisée lundi matin.

Le prix est maintenu à 33 euros par action de T-Mobile US, ce qui représenterait un investissement de 15 milliards de dollars [11,2 milliards d’euros, NDLR] en numéraire pour acquérir 56,6% du capital de l’entreprise. Mais Deutsche Telekom campe sur ses positions. En attendant mieux de la part des prétendants ? Outre Iliad-Free, l’opérateur de bouquets satellite Dish Network voudrait également prendre position mais n’a pas soumis d’offre en l’état actuel. Quant à Sprint (troisième opérateur aux Etats-Unis), il a reculé pour éviter l’examen antitrust.

L’offre d’Iliad-Free pourrait “évoluer en termes de capital”, a précisé la direction d’Iliad-Free au cours de la conférence. En y incluant des partenaires ? “Des industriels et des acteurs financiers qui connaissent bien le monde des télécoms sont venus taper à notre porte”, admet Thomas Reynaud, cité par l’AFP. Mais il ne cite pas de noms précis alors que le New York Post avait révélé auparavant des noms comme Microsoft et Google.

Selon Les Echos, l’ouverture d’un processus d’enchères de fréquences AWS-3 aux Etats-Unis pourraient obliger les prétendants à la reprise de T-Mobile US de sortir du guet rapidement.

Conséquence de sa tentative de “conquête-éclair” des Etats-Unis, Iliad-Free considère que la consolidation du marché des télécoms en France n’est plus une priorité. “Nous n’allons pas nous impliquer dans la consolidation en France, ce n’est pas à l’ordre du jour”, a assuré Maxime Lombardini, Directeur général du groupe. Orange et Free avaient tenté de se rapprocher de Bouygues Telecom. Mais les protagonistes ont considéré à la fin du printemps que les conditions n’étaient pas réunies.

Utilitaire ITespresso.fr : Vous cherchez la 4G autour de vous ? On vous aide.

(Crédit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : lucadp)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur