Iliad-Free viserait toujours T-Mobile US : de l’électricité dans l’air

Entreprise
john-legere-t-mobile-us-iliad-free

Iliad-Free serait prêt à augmenter son offre pour acquérir T-Mobile US (propriété de Deutsche Telekom). De son côté, John Legere, CEO de l’opérateur mobile américain visé, joue la provoc’.

Iliad-Free s’apprêterait à surenchérir à sa propre offre sur T-Mobile US. Dans une dépêche Bloomberg tombée le 2 octobre, le groupe télécoms français s’est fixé la mi-octobre comme échéance pour soumettre une nouvelle proposition  avec son homologue allemand Deutsche Telekom, propriétaire à 66% du quatrième opérateur mobile aux Etats-Unis.

En juillet dernier, Iliad avait proposé 15 milliards de dollars pour 56,6% de T-Mobile US. Soit l’équivalent de 33 dollars par action T-Online. Mais Deutsche Telekom en attendrait au moins 35 dollars.

Dans sa nouvelle offensive, Iliad maintiendrait son offre à 33 dollars mais il proposerait une part élargie du capital. Avantage de cette formule : Deutsche Telekom pourrait récupérer plus de liquidités sans nécessairement sortir totalement de T-Mobile. Outre les banques BNP-Paribas et HSBC, le fonds d’investissement KKR & Co pourrait apporter à Iliad-Free entre 5 et 6,5 milliards de dollars pour assurer le financement nécessaire.

Toujours selon Bloomberg dans une autre dépêche en date du 3 octobre, John Legere, CEO de T-Mobile US, se déclare “malade et fatigué” au regard des spéculations portant sur sa société. Considérant qu’il avait déjà du mal à se remettre de la tentative de rachat d’AT&T survenue en 2011 et que T-Online demeurait “une société profitable en croissance”.

Il y a de l’électricité dans l’air. Lorsqu’il décrit Xavier Niel (principal dirigeant d’Iliad-Free), le dirigeant de l’opérateur mobile américain dresse un portrait assez lapidaire : “Je peux vous dire tout ce que vous avez besoin de savoir sur Iliad“, a déclaré John Legere. “Le propriétaire est riche, il a de longs cheveux et il a fait du fric dans le porno.” Une allusion à une période sulfureuse de Xavier Niel dans les années 90. Une provocation à laquelle Iliad-Free a néanmoins refusé de répondre.

John Legere considère que beaucoup de prétendants chercheraient à acquérir T-Online. Ainsi, en guise d’alternative à Iliad-Free, l’opérateur de télévision par satellite Dish Network scruterait aussi le dossier, rappelle Silicon.fr.
———-
Quiz ITespresso.fr : Connaissez-vous bien Free ?
———-

Crédit image :  Crédit photo : T-Mobile-US


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur