Iliad réorganise sa gouvernance sur fond de performances insatisfaisantes

OpérateursRéseauxTrès haut débit
iliad-reorganisation

Sanctionné en Bourse pour des indicateurs « en dessous des attentes », Iliad remanie ses organes de direction. Le DG Maxime Lombardini passe la main.

Recul historique en Bourse pour Iliad à la veille de son assemblée générale.

L’action a cédé près de 20 % ce mardi après la publication d’indicateurs « en dessous des attentes, aussi bien en termes de recrutements qu’en termes d’activité ».

En tenant compte de la norme IFRS 15 entrée en vigueur cette année, le chiffre d’affaires consolidé du groupe a atteint 1,201 milliard d’euros sur le 1er trimestre 2018 (+ 0,8 % sur un an).

Sur le mobile, le C.A. affiche une progression annuelle de 3,9 %, à 531 millions d’euros. La maison mère de Free revendique 13,825 millions d’abonnés, soit 130 000 de plus qu’à fin 2017, pour une part de marché estimée à 19 % (en métropole, hors M2M).

C’est plus compliqué sur le fixe. La baisse des revenus (- 1,6 %, à 672 millions d’euros) est imputée à la « forte pression concurrentielle », aux opérations promotionnelles, à la TVA sur les offres audiovisuelles… et à un « léger recul de la base d’abonnés ».

Ils sont en l’occurrence 6,501 millions au 31 mars 2018, soit 19 000 de moins que trois mois plus tôt. Parmi eux, 646 000 sont sur l’offre fibre (+ 90 000 en un trimestre ; + 280 000 sur un an), pour laquelle Free annonce 6,8 millions de prises raccordables (+ 600 000 en un trimestre ; + 2 millions sur un an ; les 9 millions sont visés pour fin 2018).

Toujours sur les offres fixes, le revenu moyen par utilisateur continue de chuter, passant sous les 33 euros (- 1 euro en un trimestre ; – 1,60 euro sur un an).

Pour enrayer ce phénomène, Free prône une « nouvelle approche commerciale » qui doit se traduire par le lancement de nouvelles offres « dans les prochaines semaines ». Puis « d’ici 4 mois », par la prochaine génération de la Freebox. Objectif : recruter, cette année, 300 000 à 500 000 abonnés FTTH. Puis un demi-million par an à partir de 2019.

Réorganisation

La stratégie prévoit aussi une « politique active de fidélisation et de rétention » assortie d’une « segmentation plus forte des canaux de distribution ». Sa mise en œuvre sera assurée par une gouvernance remaniée.

La nouvelle configuration entrera en vigueur le 21 mai. Maxime Lombardini quittera alors le poste de directeur général, qu’il avait pris en 2007. L’ancien du groupe Bouygues (TPS, TF1, TF1 Production) deviendra président du conseil d’administration d’Iliad, succédant à Cyril Poidatz, appelé aux fonctions de secrétaire général.

Le directeur financier Thomas Reynaud – arrivé en 2007 en provenance du groupe Société Générale – reprendra le flambeau en tant que DG. Pour lui succéder, il a nommé Nicolas Jaeger, actuel trésorier et responsable des relations investisseurs.

D’autres promotions sont officialisées, dont celle de Camille Perrin, qui passera directrice du marketing, Aude Mercier devenant pour sa part DRH.

Une partie de l’équipe dirigeante restera en place, à l’image du CTA Rani Assaf (à l’origine du projet Freebox), du directeur des relations fournisseurs Patrick Fouquerière (arrivé en 2001 après l’acquisition de Onetel par Iliad) et de la directrice de la relation abonnés Angélique Gérard (ancienne d’Orange).

En toile de fond, le grand saut sur le marché italien, estimé à 16 milliards d’euros. L’échéance est fixée au 21 juin dernier délai.

Crédit photo (Free Center Tours) : Iliad


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur