Iliad : Xavier Niel vise le marché mobile italien si Bruxelles le veut bien

EntrepriseFusions-acquisitionsGestion réseauxLégislationOpérateursRégulationsRéseaux
free-iliad-italie
3 2

A travers un accord Hutchison (H3G) et VimpelCom (Wind), Iliad confirme l’ambition de devenir le quatrième opérateur mobile en Italie.

Iliad confirme officiellement ses ambitions d’investir le marché italien de la téléphonie mobile. Il a signé un accord avec Hutchison (Hong Kong) et VimpelCom (Pays-Bas), deux groupes télécoms qui cherchent à fusionner leurs filiales locales H3G et Wind.

Objectif : s’appuyer sur les ressources hertziennes et les équipements télécoms des deux opérateurs sur place pour monter sa propre offre de téléphonie mobile. Une manœuvre qui permettrait au groupe de Xavier Niel de faire son entrée sur le marché italien en se positionnant comme le quatrième opérateur disposant d’une couverture nationale.

C’est aussi un signal émis vers la Commission européenne, qui scrute cette fusion H3G+Wind. En introduisant Iliad comme partenaire télécoms susceptible de dynamiser le marché mobile en Italie,  Hutchison et VimpelCom estime que Bruxelles sera plus enclin à approuver le mouvement de concentration.

Le groupe de Xavier Niel estime qu’une décision de la Commission européenne à ce sujet devrait survenir avant le 8 septembre 2016. « Cet ensemble de remèdes permettrait de proposer des services mobiles compétitifs et de devenir le quatrième opérateur de réseau mobile disposant d’une couverture nationale », commente Iliad/Free dans sa communication financière.

L’accord tripartite inclut un transfert d’un portefeuille de fréquences 3G/4G pour un montant de 450 millions d’euros (le paiement sera étalé dans la période 2017 – 2019), des engagements pour acquérir ou activer des équipement télécoms via ses partenaires H3G et Wind et un accord d’itinérance 2G-3G-4G sur le réseau fusionné pour une période de 5 ans renouvelable une fois pour la même durée.

Mais il reste une échéance importante pour que le projet se concrétise : que la fusion H3G/Wind soit validée par la Commission européenne.

C’est le premier projet d’Iliad hors de son marché domestique. Mais Xavier Niel prospecte ailleurs en Europe. Il a déjà pris position en Suisse (Salt) et regarde du côté du Royaume-Uni.

Dans la communication corporate diffusée ce soir, une note concerne l’intérêt de Xavier Niel vis-à-vis de Telecom Italia, l’opérateur leader en Italie qui dispose de Vivendi comme actionnaire majoritaire.

Pour lever les ambiguïtés possibles sur les desseins de l’actionnaire majoritaire d’Iliad, il est précisé qu’à titre individuel, Xavier Niel « ne détient à ce jour directement ou indirectement, aucune participation en droit de vote ou en capital de Telecom Italia ». Alors que des signaux montraient au contraire un intérêt grandissant…Iliad se contente d’évoquer un « intérêt économique marginal » (inférieur à 25 millions d’euros) qui « sera cédé dans les prochaines semaines ».

Xavier Niel en solo va s’écarter du dossier Telecom Italia pour se concentrer sur l’accord signé avec Hutchison et VimpelCom par le biais d’Iliad, CQFD.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur