ImageFormula P-215 : un scanner nomade signé Canon pour les PME

CloudEntreprise
Canon P-215 scanner

La dématérialisation des documents en entreprise en ligne de mire, Canon exhausse sur l’autel du poste de travail un scanner autonome dénommé ImageFormula P-215.

Canon érige la dématérialisation sur l’autel des problématiques de stockage et de transmission de l’information en entreprise.

Produit de telles prétentions, le scanner P-215 compose avec l’émergence d’une dimension parallèle, en l’occurrence la mobilité.

De son appellation intégrale ImageFormula P-215, ce dispositif auto-alimenté par USB numérise à 15 pages par minute, pour une résolution maximale de 600 ppp.

Il va sans dire que cette célérité apparente ne vaut guère que dans le cadre d’une numérisation de texte en noir et blanc, sans options avancées de configuration ni activation du mode recto-verso.

Reste que sur ce point, Canon semble globalement se hisser au niveau de Kodak, l’un des ses plus sérieux concurrents sur le segment B2B.

Une impression qui perdure à l’évocation de ce logiciel CaptureOnTouch, doté de fonctionnalités de transcription des acquisitions aux formats PDF, JPEG, TIFF et PowerPoint.

La compatibilité avérée avec l’écosystème Mac accouche de deux types de fichiers supplémentaires, en l’occurrence PageManager et PaperPort.

En outre, l’ensemble est connecté au cloud. Indirectement, toutefois : au contraire de la Demat’Box de Sagem, l’envoi de documents vers Google Docs, Evernote et Sharepoint requiert un intermédiaire logiciel qui offre par ailleurs un traitement avancé des images.

Aux manipulations de base (pivotage, redimensionnement) s’adjoint une détection des couleurs et une complémentarité des pilotes ISIS avec leurs homologues TWAIN. L’OCR est toutefois aux abonnés absents.

Mais le véritable bénéfice d’un tel compagnon au gabarit réduit réside essentiellement dans sa portabilité.

Chef de produits scanners pour Canon France, Christian Artaud met l’accent sur la nécessité d’accompagner le salarié dans ses déplacements.

Que l’on travaille au bureau, chez soi ou en déplacement, il devient de plus en plus important de pouvoir scanner aisément, tous types de documents, avec rapidité et précision“, résume l’intéressé.

L’irrévocable tendance à la dématérialisation semble imposer de tels dispositifs comme de pièces maîtresses du poste de travail.

Ce tournant a toutefois les allures d’un cercle vicieux : le papier, quoique indispensable à de nombreux titres, perd progressivement en superbe face aux canaux électroniques.

Certains prestataires de services se sont même intégralement tournés vers le cloud pour traiter les fichiers (factures, projets collaboratifs…) de leurs clients.

Pour autant, Canon croit en l’avènement du P-215, au sein des grands comptes comme des PME. A cet effet, la branche française du constructeur annonce la mise à disposition d’un SDK pour les éditeurs et les managers IT.

Dépourvu d’une vitre (condition sine qua non à sa modularité), cet appareil nomade intègre en contrepartie un chargeur automatique de 20 feuilles.

Cet élément anecdotique de prime abord pourrait faire la différence, alors que d’autres modèles, tel le ScanMate de Kodak, manquent de commodité à cet égard, imposant à l’utilisateur de se servir de sa main comme d’un bac récupérateur de feuilles.

Le P-215 est commercialisé en date du 11 janvier, pour un prix indéterminé. nnn


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur