Impact Free Mobile, fibre optique, 4G : les points chauds de l’ARCEP

Digiworld Summit (IDATE) : extraits de l’intervention de Jean-Ludovic Silicani, président de l’ARCEP, marqué par le thème de la « transition entre deux générations d’infrastructures ».

arcep-idate-mobile-fibre-4g-telecoms

« Les opérateurs se trouvent dans une phase de transition entre deux générations d’infrastructures et ont à réinventer leurs modèles d’affaires pour les adapter à cette nouvelle donne », a déclaré Jean-Ludovic Silicani, président de l’ARCEP, lors de son intervention au Digiworld Summit organisé par l’IDATE.

L’occasion de commenter trois grandes tendances télécoms qui entre dans ses prérogatives de régulation : l’arrivée de Free Mobile, la fibre optique et la 4G (LTE).

Marché mobile : la « contribution » de Free Mobile

Au-delà de l’aspect concurrentiel, Jean-Ludovic Silicani a rappelé l’impulsion donnée au marché mobile avec le nouvel entrant Free Mobile.

« Sa taille a crû de façon exceptionnelle ces derniers mois : il représente aujourd’hui 72 millions de clients, soit une croissance de plus de 7% en un an, le plus fort accroissement constaté depuis 10 ans. Le taux de pénétration, qui avait déjà dépassé 100% fin 2010, dépasse désormais 110% de la population au troisième trimestre 2012. »

Secundo, avec l’évolution de la nature des offres sans terminal [essor du "SIM only", ndlr] et des offres dites illimitées, la consommation en communication explose.

A la fin du premier semestre 2012 et sur un an, le volume des communications vocales augmente de 11%, celui des SMS de près de 30% et celui de la data de près de 70%.

Du coup, Jean-Ludovic Silicani réfute la vision du marché « mature » voire « saturé » du marché mobile en France.

Très haut débit : au-dessus de 30 Mbit/s, c’est du THD dixit Bruxelles

C’est un « scoop » ARCEP : le cap de 2 millions de logements éligibles à la fibre à domicile (FTTH) a été dépassé au troisième trimestre 2012.

A la fin du premier semestre, on était parvenu à un niveau d’1,7 million de logements susceptibles de basculer en FTTH. « Ce sont donc environ 800 000 logements supplémentaires qui auront été rendus éligibles au FTTH en 2012″, précise le président de l’instance de régulation des télécoms.

Avec la contribution du câblo-opérateur Numericable (qui privilégie des accès en fibre optique avec terminaison en câble coaxial mais qui entre aussi dans la catégorie « très haut débit »), on recense 5,5 millions de logements éligibles à des offres THD.

Mais il reste un effort pour montrer la valeur ajoutée. Le parc de clients THD reste faible : 760 000 dont 250 000 en FTTH. Néanmoins, il ne faut pas baisser les bras. « Roland Montagne [experts télécoms de l'IDATE] considère que la France était le pays d’Europe occidentale où le nombre d’abonnés FTTH était le plus élevé et avait crû de 100 000 au 1er semestre 2012. « Ce qui devient significatif et encourageant », commente Jean-Ludovic Silicani.

Il faudra caler l’approche THD avec celle de la Commission européenne qui définit un accès THD à partir de 30 Mbit/s.

Par conséquent, dans son observatoire trimestriel (prochaine livraison fin novembre), l’ARCEP fera désormais la distinction entre les logements éligibles à des offres à 30 Mbit/s et ceux éligibles à des offres à 100 Mbit/s. Les prochains chiffres seront publiés fin novembre.

Jean-Ludovic Silicani se félicite également du pilotage national mis en place par le gouvernement à travers une mission très haut débit.

4G : le respect des engagements d’investissement des opérateurs sera scruté

Avec le très haut débit mobile (4G, LTE), l’ARCEP part d’un postulat : « Le très haut débit mobile va également devenir rapidement une réalité en France : l’écosystème technique existe, contrairement aux tout premiers temps de la 3G, et l’attente des consommateurs est réelle. »

Les premières offres commerciales vont démarrer d’ici la fin du mois. Avec en particulier SFR qui va enclencher une dynamique dans ce sens à Lyon. A l’occasion du DigiWorld Summit de l’IDATE, SFR a déployé son infrastructure 4G au Palais des Congrès Le Corum, qui accueille la manifestation.

« Le cadre d’attribution de la 4G établi par l’ARCEP prévoit également deux mesures essentielles : l’obligation de couvrir une zone prioritaire peu dense représentant 18% de la population mais plus de 60% de la surface du territoire aussi vite que les zones urbaines rentables, et la possibilité d’un recours étendu à la mutualisation pour y parvenir », a déclaré Jean-Ludovic Silicani.

« L’ARCEP veillera à ce que ces obligations de couverture soient respectées. Elle établira  un observatoire des investissements dans le mobile qui permettra de vérifier que tous les opérateurs maintiennent leur effort d’investissement et que le dernier arrivé investit au bon rythme pour créer son réseau propre. » Free Mobile, toujours et encore…

Crédit photo : Shutterstock.com – Copyright : Victor Soares

Rédacteur en chef ITespresso.fr Lire mes autres articles

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



0 replies to Impact Free Mobile, fibre optique, 4G : les points chauds de l’ARCEP

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

00:32:33