Impact USA : la French Tech en accélération entre New York et San Francisco

EntrepriseStart-up
impact-usa
3 74

La liste des 17 start-up qui constitueront la quatrième promotion du programme d’accélération Impact USA est connue. Focus sur la suite du programme.

Elles devaient, à l’origine, être 18 sur la ligne de départ, mais ne sont finalement que 17 : les start-up sélectionnées pour la saison 2017 d’Impact USA s’apprêtent à entrer en phase « préparatoire ».

À cette occasion, leur seront données les clés pour réussir sur le marché américain, où elles seront mises en immersion du 17 avril au 23 juin.

Il s’agira notamment de définir les priorités de développement et d’aligner la stratégie marketing sur la démarche commerciale, afin de « concrétiser les premiers rendez-vous d’affaires dès le premier jour ».

Une telle « phase amont » n’existait pas dans les trois précédentes éditions de ce programme d’accélération, qui s’appelait alors ubi i/o.

Sous la houlette de Bpifrance et de l’agence gouvernementale pour le développement économique Business France*, dix des sociétés sélectionnées poseront leurs valises à San Francisco ; les sept autres, à New York.

Des fonds déjà levés

Le terme « start-up » associé au casting d’Impact USA recoupe des réalités diverses. Certaines des entreprises retenues ont déjà bouclé une ou plusieurs levées de fonds.

C’est le cas de Dawex, qui fait également partie du programme d’accélération du HUB Bpifrance. À l’origine d’une plate-forme de monétisation et d’échange de données, elle a bouclé, l’an dernier, un tour de table de 2 millions d’euros avec la Caisse des dépôts.

Même chose pour Fidzup et sa plate-forme de marketing mobile axée « drive to store » et reciblage en point de vente. Turenne Capital Partenaires et CapHorn Invest y ont récemment mis un ticket à 3 millions d’euros.

Autre jeune pousse accélérée au HUB Bpifrance à avoir levé des fonds : Saagie, qui a récemment récolté 4,2 millions d’euros avec sa plate-forme d’analyse de données orientée métiers. On pourrait aussi citer Tinyclues (big data prédictif pour affiner ciblage et engagement des clients en BtoC), soutenu fin 2015 à hauteur de 5 millions d’euros par Alven Capital, ISAI et Elaia Partners.

Sur la liste figure aussi Xooloo, éditeur de logiciels de contrôle parental et d’un « coach numérique » pour aider l’enfant à développer un usage responsable de ses appareils connectés. Nous avions croisé son fondateur Grégory Veret lors du Mobile World Congress 2014.

Intelligence artificielle et IoT

On parle également référencement naturel avec Optimiz.me, industrialisation du processus juridique pour la résolution de litiges avec eJust, intelligence artificielle pour la supervision des systèmes informatiques avec LiveMon ou encore ECM (gestion des contenus) avec Designed4Work.

La dimension prédictive se retrouve chez une spin-off du centre R&D d’Orange à Lannion : PredicSis, qui applique le concept aux opérations commerciales et aux campagnes marketing.

CAILabs émane pour sa part du laboratoire Kastler Brossel et s’est spécialisé dans l’augmentation de capacité des fibres optiques.

Du côté de Deep Algo, on s’est donné pour objectif de rapprocher les équipes business et IT par un système de documentation automatique du code. Smart & Blue donne quant à lui dans l’IoT pour la gestion des consommations d’eau ; Seclab, dans les technologies hardware pour la sécurisation des systèmes critiques ; quasardb (ex-Bureau 14 ; 750 000 euros levés en 2014), dans le stockage et l’exploitation de données.

Au rang des start-up IoT figure aussi Plume Labs, avec son accessoire connecté nomade associé à une plate-forme collaborative pour mesurer et comprendre l’exposition à la pollution de l’air.

La promotion est complétée par CogniK, qui fournit notamment à France Télévisions sa plate-forme de personnalisation de contenus pour l’industrie des médias et du divertissement.

Au souvenir des anciens

Les 34 sociétés qui ont composé les trois premières promotions ont, d’après Bpifrance, signé plus de 200 accords commerciaux aux États-Unis, créé 486 emplois (dont 389 en France) et levé un total de 77 millions de dollars.

Parmi les huit représentants de la promo 2014 figuraient Mirakl (outils SaaS pour la création de marketplaces ; nous avions rencontré le CEO et cofondateur Philippe Corrot au Salon e-Commerce Paris 2015) et Makazi (solutions marketing que le CEO Hervé Malinge nous avait présentées lors de la dernière Paris Retail Week).

Elles étaient également huit en 2015, dont Giroptic (caméra 360 degrés financée à l’origine sur Kickstarter ; nous avions interviewé le directeur de la stratégie Marian Le Calvez) et Evercontact (mise à jour automatique d’informations intégrées aux signatures d’e-mails ; passé l’été dernier dans le giron de l’américain One More Company).

L’année 2016 aura été celle d’AB Tasty (personnalisation de contenus ; voir l’entretien avec la cofondatrice Alix de Sagazan au Salon e-Marketing Paris 2016) ou encore d’OnOff (numéros de téléphone virtuels, dont nous avions interviewé le fondateur Taïg Khris).

* Née le 1er janvier 2015 de la fusion d’UBIFRANCE et de l’Agence française pour les investissements internationaux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur