Industrie, éducation et politique : Bill Gates sur tous les fronts à Paris

Cloud

Le fondateur de Microsoft a signé une alliance avec l’Unesco et un accord avec Dassault Systèmes dans la 3D. Il devait ensuite rencontrer le président de la République.

C’est une journée chargée pour Bill Gates de passage à Paris. Mercredi 17 novembre, le président et architecte logiciel de Microsoft en a profité pour faire plusieurs annonces dans différents domaines. A commencer par la signature d’un accord au siège parisien de l’Unesco (l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) visant à “utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour améliorer l’éducation et le développement social et économique dans le monde”, selon le communiqué de l’organisation internationale. Vaste programme. Cet accord, signé par Koïchiro Matsuura, le directeur général de l’Unesco, définit huit domaines de collaboration et d’échange d’expérience entre la branche de l’ONU dédiée à l’éducation et à la culture et le groupe leader d’édition de logiciels.

Plusieurs domaines sont concernés : éducation, apprentissage, développement de communautés en ligne, la diversité et la préservation culturelles et linguistiques ainsi que le partage d’expertise et de stratégies mais aussi l’échange d’information et d’applications logicielles. Ce dernier domaine est pour le moins surprenant quand on sait l’intérêt que porte l’Unesco aux logiciels libres à travers le programme “Logiciels libres et gratuits au service du traitement de l’information et de l’éducation” lancé sur l’année 2004 et son portail dédié.

Ce programme, qui prend fin au 31 décembre 2004, avait pour objectif principal de “promouvoir et d’encourager l’utilisation de logiciels libres dans les domaines de compétence de l’Organisation”. A travers cet accord, Microsoft rejoint d’autre sociétés privées dont l’Oréal, Suez, Intel et HP notamment.

Bill Gates enchaînait ensuite avec une conférence de presse au siège de MSN France pour y présenter un accord avec Dassault Systèmes. Les deux entreprises ont signé une alliance stratégique globale “d’une durée de plusieurs années”, selon le communiqué. Cette alliance permettra à Dassault Systèmes de tirer le meilleur parti de l’environnement Web Microsoft .Net pour ses solutions de conception 3D et de gestion du cycle de vie des produits (PLM pour Product Lifecycle Management). Sont essentiellement concernés les applications Catia, Delmia, Enovia et Smarteam. Les deux partenaires profiteront également de leur alliance pour encourager l’adoption du langage XML dans les applications 3D.

Humanitaire et Linux à l’Elysée

La journée s’est ensuite prolongée avec une rencontre avec le chef de l’Etat. Selon le porte-parole de l’Elysée, Jérôme Bonnafont, les deux hommes devaient évoquer la fondation Bill et Melinda Gates dont les travaux dans les thèmes de la santé et de l’éducation dans le monde sont “chers au président”, ainsi que l’activité de Microsoft en France. Sur ce dernier point, Bill Gates ne devrait pas manquer d’aborder l’essor du logiciel libre et, surtout, de Linux, au sein des collectivités et de plusieurs ministères dont la Culture, l’Agriculture, les Finances et l’Equipement, notamment.

Sans oublier la mairie de Paris qui étudie une migration progressive de l’environnement Windows vers la plate-forme Linux (voir édition du 13 octobre 2004). Un marché qui, au delà de son aspect économique, représente un enjeu stratégique pour Microsoft qui craint probablement un effet boule de neige auprès d’autres métropoles européennes. Officiellement, aucune rencontre avec le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ou un représentant de la Ville de Paris n’est cependant prévue.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur